Le volet social du plan Alpha, qui prévoit la suppression de 320 fonctions chez bpost, a été entériné jeudi en commission paritaire, rapporte la CSC, qui a voté contre.

«Il s’agit du premier licenciement massif dans une entreprise publique belge», dénonce André Blaise, responsable CSC-Transcom. Il craint qu’en plus des 320 postes supprimés, des centaines d’autres travailleurs doivent quitter bpost. Les titulaires des quelque 900 fonctions modifiées devront en effet se soumettre, dès la rentrée, à une procédure de sélection, soit pour conserver leur poste, soit pour endosser de nouvelles fonctions. «En cas d’échec, ce sera la porte», poursuit le syndicaliste.

Le volet social du plan prévoit par ailleurs que les travailleurs statutaires touchés par une modification de leur fonction se verront proposer un congé précédant la retraite s’ils sont âgés de 59 ans et 6 mois.

Cette mesure a convaincu la CGSP Poste et le syndicat libéral SLFP, qui ont voté en faveur du plan. «Je ne suis pas pour le plan Alpha, mais c’est une solution convenable. Les travailleurs contractuels recevront une prime complémentaire et ceux qui devront quitter bpost seront accompagnés», note Marc De Mulder du SLFP.

De son côté, la direction se félicite d’un accord «équilibré». «Toutes les personnes impactées par le plan pourront postuler pour de nouveaux postes», ajoute le porte-parole Baudouin de Hepcée, soulignant que le nombre précis de licenciements ne sera connu qu’à l’issue de la procédure de sélection de cet automne.


Nos dernières videos