EUROPA LEAGUE

Mazzù après la qualif du Sporting: «Oui, j'ai douté à 1-0»

Mazzù après la qualif du Sporting: «Oui, j'ai douté à 1-0»

Mazzù: «Une défaite 1-0 ou un nul 1-1, cela n’aurait pas été assez». Belga

Un total de 9-2 sur l’ensemble des deux matches! Même les plus fervents supporters carolos n’auraient imaginé ça pour le retour carolo sur le manège européen.

+ LIRE AUSSI | Charleroi bat le Beitar et se qualifie pour le troisième tour préliminaire

Là, les Zèbres ont gagné un tour en plus. Mais avant de se pencher sur le premier match de championnat et sur le cas du Zorya Luhansk, ce subtop ukrainien que Charleroi accueillera jeudi, Felice Mazzù a pris le temps de savourer ce second succès.

Felice Mazzù, on a vu que vos joueurs ont douté un peu à 1-0. Vous aussi?

Oui, car on était à la merci d’un second but… qui heureusement n’est pas tombé. Aujourd’hui, nous n’avons bien joué qu’une seule mi-temps. La seconde. Même si c’est en fin de première que nous avons été soulagés par ce but de Kebano. En fait, ce sont surtout les vingt-cinq premières minutes qui ont été compliquées. C’est peut-être dû à la peur d’encaisser. Et quand on a peur d’encaisser, souvent, on en prend un.

9-2 sur l’ensemble des deux matches, voici de quoi faire le plein de confiance pour la reprise du championnat et la suite européenne?

Oui. Mais avec les conditions dans lesquelles nous avions mis les joueurs pour ce voyage, avec un avion privé et un hôtel luxueux, nous n’aurions pas compris qu’ils ne se donnent pas à fond. Une défaite 1-0 ou un nul 1-1, cela n’aurait pas été assez. Là, ils l’ont fait comme il faut. Mais il ne faut pas occulter ce qui a moins bien été. Là, je parle surtout de ces deux buts qu’on a pris. Le premier, à Charleroi, sur un manque d’organisation. Et le second, ici, à Jérusalem, avec trois lignes et onze joueurs, dont le gardien, incapables de rattraper l’erreur des autres. On va rencontrer des équipes du niveau du Beitar en championnat. Il faudra être plus concentré et éviter ces erreurs.

C’est la division offensive, surtout, qui vous a impressionné?

Non, pas spécialement. Quand le Beitar a poussé pour faire 2-0, la défense a tenu bon et c’est tout aussi encourageant que notre réussite offensive.

Au niveau des individualités, Jessy Galvez a vécu un match compliqué…

Je n’ai pas envie de «taper» sur un joueur. Jessy est jeune et c’était un contexte nouveau pour lui. Des erreurs de placement, ou des mauvais choix, cela se corrige. Et puis, il a fait montre d’une mentalité exemplaire.

Nos dernières videos