RÉGION WALLONNE

Région wallonne: les commissions d’avis réformées

Région wallonne: les commissions d’avis réformées

Après la présentation de sa 11e réforme, le gouvernement wallon ferme boutique pour les vacances. BELGA

On recense pas moins de 135 organes de consultation en Wallonie. Après réforme, tri et rassemblement, les contours semblent moins opaques.

Pour sa dernière réunion avant les vacances, le gouvernement wallon a présenté son pénultième chantier: comment réduire le nombre des organismes wallons de consultation et simplifier leur fonctionnement.

Sur les «douze grands travaux» annoncés par Paul Magnette en janvier dernier, il n’en reste désormais plus qu’un seul en rade: le plan wallon de lutte contre la pauvreté, qui prend plus de temps que prévu.

En queue de peloton, il y avait aussi le plan de développement de la ruralité (c’est fait, lire en page 6) et donc la réforme de la fonction consultative. Passé hier, lui aussi.

1. C’est quoi, la fonction consultative? Il s’agit de 135 organismes dont l’appellation commence souvent par «conseil» ou «commission»: commission consultative de l’eau, commission des monuments sites et fouilles, conseil de la chasse, conseil du tourisme, etc. Dans le paysage wallon, ces instances ont une mission d’avis spécialisé dans leurs matières respectives.

2. Les six profils Après toute une série de consultations… sur la réforme de la consultation, après un inventaire pour s’assurer qu’on n’oubliait personne dans les coins, on en est venu au classement. Désormais, les 135 organes existants se retrouveront dans une de ces six catégories retenues: les organismes qui donnent des avis sur les agréments, ceux centrés sur l’octroi de primes, ceux qui régulent (comme la Cwape, le régulateur wallon pour le gaz et l’électricité), les profils techniques, les commissions d’avis sur les recours et enfin les commissions consultatives à caractère générique.

3. Les huit pôles Toutes ces catégories sont rassemblées dans l’administration. Sauf une, la classe des «commissions génériques», reprofilée en huit pôles. Quatre pôles monothématiques (politique scientifique, mobilité, social, environnement) et en quatre pôles pluri-thématiques. Soit des matières différentes mais connexes et désormais regroupées: «aménagement du territoire et patrimoine», «secteurs économiques spécifiques», «ruralité, nature, chasse et pêche» et «énergie et logement». Tous seront logés derrière le guichet unique du Conseil économique et social de Wallonie (CESW). Quand le gouvernement wallon demandera un avis, il n’aura plus qu’une seule porte à pousser.

Nos dernières videos