Aider les laitiers et valoriser les produits

Dès jeudi, le ministre Collin était déjà sur le champ de foire de Libramont, à discuter avec les laitiers. ÉdA – 30151932691

Le prix du lait est à nouveau au plus bas. La Région a arrêté des aides financières et va favoriser la consommation.

La France annonce 600 millions€ d’aides à ses éleveurs: et la Wallonie? «Reports d’échéances fiscales, de factures, moindre protection du loup», lit René Collin, ministre wallon de l’Agriculture, parmi les 25 mesures françaises, où il ne voit que du vent.

La Région wallonne annule les cotisations des laitiers à l’APAQ-W (promotion des produits agricoles) d’août 2015 à mars 2016, soit une économie, pour les 3 800 fournisseurs, de plus d’un million€. Elle prend aussi en charge la certification Qualité filière lait pour un an (134 000€) et sort 400 000€ pour les organisations et groupements de producteurs laitiers; elle prolonge la subvention en capital de 1 000€ à qui se met à transformer et commercialiser.

Elle veut aussi agir sur la consommation interne et les exportations. Elle répond ainsi à une demande souvent entendue de relancer des campagnes de promotion des produits laitiers et de renforcer le programme Lait dans les écoles, avec des fonds européens; le ministre Collin voudrait aussi viser le public sportif. L’AWEX va renforcer ses recherches de nouveaux marchés, notamment vers l’Asie où elle a déjà enregistré des succès. À court terme, le monitoring permanent du marché du lait par sa filière se poursuit pour identifier des mesures et, à long terme, la recherche agronomique sera également plus poussée.

Au niveau européen, la Région wallonne va également pousser pour le relèvement du prix d’intervention, «inchangé depuis 20 ans et dérisoire », insiste M. Collin. Lorsque ce prix plancher est atteint, les pouvoirs publics peuvent intervenir par des achats sur le marché pour en infléchir les cours. Jusqu’ici, l’Union européenne estime que « des doutes subsistent sur la capacité réglementaire de l’UE de faire face à la volatilité des prix et à une situation de crise», a rappelé le ministre de l’Agriculture qui pense que les doutes se sont envolés, remplacés par des certitudes et qu’il est temps de bouger.

René Collin a également annoncé le lancement de projets de halls relais agricoles pour valoriser, transformer, stocker, conditionner et vendre des produits. Cela pourrait ressembler à ces magasins de pays français qui rassemblent des productions campagnardes, avec, en coulisses, par exemple, une unité de tranchage/emballage où les petits fromagers viendraient conditionner leur production à tour de rôle.


Nos dernières videos