MONDE

Turquie : cette image bouleversante a fait le tour du monde, une des victimes de l’attentat de Suruç a survécu

Turquie : cette image bouleversante a fait le tour du monde, une des victimes de l’attentat de Suruç a survécu

L’image des deux femmes a fait le tour du monde. Cagla Seven, qui tente de se redresser sur cette photo prise après l’attentat suicide de Suruç, a survécu à ses multiples blessures. AFP

Attentat suicide de Suruç: l’image de ces deux femmes a fait le tour du monde et a été largement partagée sur les réseaux sociaux. Cagla Seven, la pédiatre récemment diplômée et âgée de 27 ans qui tente de se redresser sur la photo, a survécu à ses multiples blessures.

Une victime de l’attentat suicide qui a frappé la Turquie lundi, photographiée allongée et main dans la main avec une amie dans les minutes qui suivi ont l’explosion, a survécu à ses blessures et est hospitalisée à Istanbul, a rapporté le quotidien Hürriyet.

L’image des deux femmes a fait le tour du monde et a été largement partagée sur les réseaux sociaux. L’une d’entre elles est inanimée, l’autre relève la tête et paraît tenir fermement la main de son amie. Elles sont couvertes de sang et de débris.

Selon Hürriyet, Cagla Seven, la pédiatre récemment diplômée et âgée de 27 ans qui tente de se redresser sur la photo, a survécu à ses multiples blessures.

«Plus de cent éclats plantés dans le corps»

«Elle avait plus de cent éclats plantés dans le corps. Son cœur s’est arrêté. On lui a transfusé 14 unités de sang avant de débrancher son appareil d’assistance respiratoire», a déclaré au journal un médecin qui l’a traitée, Mehmet Yazar.

Juste après l’attaque, la jeune femme a été conduite inconsciente à l’hôpital privé d’Ursu, près de Suruç, puis transférée le lendemain à l’hôpital universitaire d’Istanbul où elle a obtenu son diplôme de médecine.

«Son état actuel ne nous paraît pas engager son pronostic vital mais elle a besoin d’un traitement très lourd», a précisé le Dr Enver Dayioglu, qui l’a accompagnée à Istanbul.

Au moins 32 personnes ont perdu la vie et une centaine d’autres ont été blessées dans cet attentat attribué par les autorités turques au groupe jihadiste Etat islamique (EI).

La plupart des victimes s’étaient rassemblées à Suruç à l’appel de la Fédération des associations des jeunes socialistes (SGDF) avec l’intention de participer à la reconstruction de la ville syrienne de Kobané, de l’autre côté de la frontière, détruite par les combats qui y ont opposé les milices kurdes aux hommes de l’EI.

La majeure partie d’entre elles n’étaient âgées que d’une vingtaine d’années.

Nos dernières videos