Les carnets de Jean Schmitz : les curés de Mazée et Waulsort en prison (31 juillet)

Revivez la guerre 14-18 et la vie des Namurois durant l'occupation allemande à travers les yeux du chanoine Jean Schmitz et de ses carnets débutés le 23 août 1914.

Jean Schmitz raconte

C’est à partir de ce 23 août 1914 tragique, date de l’entrée des Allemands à Namur et à Dinant, que commence le carnet du du chanoine Jean Schmitz, secrétaire particulier de l’évêque de Namur Mgr Heylen.

Ce document inédit, qui relatera jour après jour la vie quotidienne des Namurois durant toute l’occupation, sera désormais notre fil conducteur principal pour cette série de longue haleine.

Quant aux journaux namurois, La Province de Namur disparaît, ses bureaux étant incendiés ; L’Ami de l’Ordre subsistera, mais sous contrôle allemand.

Samedi 31 juillet

Samedi dernier a été emmené à la prison de Namur M. Quertenier, curé de Mazée. En mai, il a eu une très vive altercation, à Mazée, avec 3 inspecteurs de la police secrète, à propos d’une lettre très violente pour les allemands qu’il avait envoyée à Bruxelles, en adressant une notice biographique de son beau-frère, l’Architecte Hucq, de Tamines. Délibération, il donnait libre expansion à sa douleur, à la suite des désastres de Tamines : toutes leurs maisons incendiées, une vingtaine de parents tués. Pendant une heure, M. le Curé leur a fait l’histoire de Tamines. M. le Curé a mis le tout par écrit et m’en a donné lecture, à l’occasion de la tournée de confirmation. On croyait l’affaire terminée : 2 mois après, il est condamné à 6 mois de prison.

A la suite de son sermon de dimanche dernier, M. Bille, curé de Waulsort, a aussi été amené à la prison de Namur, après avoir comparu devant le Commandant de Dinant. Il avait exhorté à prier pour la Patrie, afin de pouvoir retrouver nos libertés précieuses, dont nous sommes dépouillés. Il avait admonesté les jeunes filles de sa paroisse dont la conduite laissait à désirer. Le Commandant lui a dit ensuite : « Vous avez arboré le drapeau national dans votre église… Vous avez fait chanter la Brabançonne dans votre église… » - On va lui faire expier encore la manifestation de ces sentiments si légitimes.

M. Roussenfeld, vicaire de S. Loup, est toujours en Allemagne. On ignore même encore où il est. La Censure retient sans doute ses lettres pour nous torturer…

Le Progrès libéral de Bruxelles est tombé, depuis quelques semaines déjà : comme c’est heureux !


Nos dernières videos