TOUR DE FRANCE

TOUR DE FRANCE - Comment sont gérés les passages à niveau sur le parcours des coureurs

On l'a vu lors du dernier Paris-Roubaix, les passages à niveau peuvent causer bien des soucis aux organisateurs du Tour de France et aux coureurs qui verraient leur avance sur le peloton fondre comme neige au soleil. Sur cette étape Seraing-Cambrai, il y avait quatre passages à niveau sur quelques dizaines de kilomètres autour de Morlanwelz. Mais Infrabel, gestionnaire du réseau ferroviaire, avait tout prévu.


Quatre passage à niveau et autant d'occasions de neutraliser la course, voire même de réduire à néant les espoirs d'éventuels échappés. C'était le défi du jour pour les organisateurs du Tour de France mais aussi, et surtout, pour les responsables d'Infrabel.

Tout avait donc été prévu pour qu'aucun train ne coupe la route des vélos (l'inverse aussi d'ailleurs...). Il faut savoir que le règlement du Tour précise qu'un coureur qui aurait la mauvaise idée de franchir un passage à niveau au feu rouge, se verrait exclure de la course...

À Morlanwelz, il a fallut donc jongler avec les horaires des trains (six trains par heure...) et la vitesse fluctuante des coureurs. Si la caravane publicitaire a du stopper sa course à trois reprises, un seul train a du être retardé pour permettre au peloton de continuer sur sa lancée.

Découvrez notre reportage à Morlanwelz dans notre vidéo ci-dessus.

Toutes les infos du Tour de France dans L'Avenir et sur lavenir.net.