BRUXELLES

Mobilisation contre le plan de circulation autour du nouveau piétonnier bruxellois

Mobilisation contre le plan de circulation autour du nouveau piétonnier bruxellois

Le militant dit préférer l’implantation de plusieurs petits piétonniers dans la Ville plutôt qu’un grand piétonnier «mal pensé». Reporters/QUINET

En marge de l’inauguration dimanche à 12h00 du piétonnier élargi aux boulevards du centre de Bruxelles, près d’une centaine de personnes se sont rassemblées à l’initiative des associations de la Platform Pentagone au coin de la rue de Flandre et de la rue Léon Lepage. Elles protestent contre l’emplacement du piétonnier et le plan de circulation. «Ceci n’est pas un piétonnier», ont-elles scandé.

Les participants ont symboliquement inauguré un pot d’échappement de 4 mètres, accompagné d’une musique faite de bruits de voitures. Ils ont fait circuler une pétition pour demander à revoir de manière réfléchie le projet. La Platform Pentagone souhaite que le plan de mobilité dans son ensemble (piétonnier, mini-ring et parkings) soit soumis à un véritable processus de concertation avec les habitants et commerçants et que des études d’incidences soient réalisées, comme le prévoit le règlement régional. Pour rappel, un recours a d’ailleurs été déposé en ce sens, fin janvier, par trois associations environnementales et huit riverains.

Jean-François Dumoulin, représentant de Platform Pentagone, tempère l’engouement citoyen du jour. «Si vous faites une plaine de jeux, les gens sont évidemment contents. Maintenant, on verra en septembre quand le trafic reprendra. On trouve incohérent de faire un piétonnier sur le boulevard central qui est l’élément le plus structurant du centre pour renvoyer l’ensemble du trafic et amener la pollution dans l’ensemble de la Ville. A partir du moment où le mini-ring reçoit 2.100 voitures à l’heure et qu’une bande de circulation unique ne peut recevoir que 700 voitures à l’heure, le chaos est annoncé. Il y a des quartiers moyenâgeux remarquables dans Bruxelles qui forgent son âme comme les Marolles ou le Sablon. Au lieu de les passer en zones piétonnes, on va leur envoyer des véhicules».

Le militant dit préférer l’implantation de plusieurs petits piétonniers dans la Ville plutôt qu’un grand piétonnier «mal pensé». La Platform Pentogone dénonce en outre la diminution de l’offre des transports en commun qui résulte du projet ainsi que la construction de nouveaux parkings, des «aimants à voitures».