SPA - Tribunal correctionnel de Verviers

4 ans pour une soirée qui finit mal

Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné, vendredi, Jean-Claude Matagne, un Spadois de 59 ans, à une peine de quatre ans de prison pour coups et blessures ayant entraîné la mort de Christophe Maréchal, un Spadois de 33 ans, sans intention de la donner.

Le tribunal a estimé que l’intention homicide, soutenue par le parquet qui avait inculpé le quinquagénaire pour meurtre avec excuse de provocation, n’était pas établie en l’espèce. Le 10 décembre 2013, deux hommes avaient passé leur journée à boire. L’accusé présentait un taux d’alcool dans le sang de 1,51 gr/l et la victime de 2,21 gr/l. Celle-ci aurait soutenu que le quinquagénaire lui aurait volé ses lunettes et une bagarre avait éclaté. L’accusé aurait été projeté de façon violente sur une table en marbre. «Christophe était vraiment déterminé. Il rigolait. J’ai eu peur pour ma vie. Avant de tomber, je m’étais saisi d’un couteau qui se trouvait sur la table. J’ai frappé pour me dégager», avait expliqué l’accusé à la barre.

Le quinquagénaire avait frappé à six reprises, perforant le poumon du trentenaire et provoquant ainsi une importante hémorragie qui sera fatale à la victime.

Le tribunal a relevé que l’inculpé avait appelé les secours après les faits et qu’il soutient qu’il avait agi pour se défendre. L’enquête a démontré que ses explications étaient plausibles et qu’aucun différend n’existait entre les deux hommes. Les personnalités des deux protagonistes ont été prises en compte également par les juges verviétois pour considérer que l’intention homicide n’était pas établie. Le tribunal a également retenu le contexte particulier et ponctuel des faits ainsi que les remords formulés par le quinquagénaire.

Les juges ont cependant considéré que l’excuse de provocation et la légitime défense n’étaient pas rencontrées dans le cas présent.

Le tribunal a d’ailleurs stigmatisé l’extrême gravité des faits et l’attitude violente de l’inculpé conduisant à la mort du trentenaire, la gratuité de cette violence déployée ainsi que l’usage d’une arme.


Nos dernières videos