WATERLOO

Bicentenaire de la Bataille de Waterloo : victime d’une lourde chute à cheval, le faux maréchal Ney est un vrai courageux

Bicentenaire de la Bataille de Waterloo : victime d’une lourde chute à cheval, le faux maréchal Ney est un vrai courageux

Le reconstitueur belge qui devait jouer le rôle du maréchal Ney durant les reconstitutions de la bataille prévue dans le cadre du Bicentenaire de Waterloo ne sera pas sur son cheval ce samedi soir...Mais comme Francky Simon était le coordinateur des combats, il est tout de même présent sur le terrain pour diriger les mouvements de troupe. AFP

Le faux maréchal Ney est un vrai courageux. Malgré de multiples fractures et une oreille partiellement arrachée en raison d’une lourde chute à cheval, Francky Simon n’a pas lâché les organisateurs du Bicentenaire de la Bataille de Waterloo.

+ A LIRE AUSSI | Bicentenaire de la Bataille de Waterloo : le commentateur « maladroit » remplacé

Le reconstitueur belge qui devait jouer le rôle du maréchal Ney durant les reconstitutions de bataille prévue dans le cadre du Bicentenaire de Waterloo n'est pas sur son cheval ce samedi soir. Victime d’une lourde chute hier alors qu’il chevauchait sa monture, Francky Simon a dû être emmené à l’hôpital où les médecins lui ont diagnostiqué des fractures au poignet et à la clavicule. Ses côtes ont également été touchées, et son oreille partiellement arrachée. Mais comme il était le coordinateur des combats, il est tout de même présent sur le terrain pour diriger les mouvements de troupes.

Francky Simon est très connu dans le petit monde des reconstitueurs pour ses connaissances des batailles napoléoniennes et ses talents pour coordonner les reconstitutions de combats. Il assume ce rôle depuis des années et, avec ce Bicentenaire réunissant 5.200 reconstitueurs, il devait diriger la plus grande reconstitution napoléonienne jamais organisée en Europe.

La lourde chute de cheval dont il a été victime hier matin a fait craindre le pire à l’organisation. Mais le passionné s’est fait poser un plâtre provisoire et malgré de multiples fractures, il était présent hier sur place, et l’est encore ce samedi soir. Son état ne lui permet pas de monter à cheval pour galoper parmi les troupes comme il en a l’habitude, mais il dirige tout de même les mouvements des reconstitueurs.

«Il fait preuve d’un courage extraordinaire», indique Patrick Parmentier, l’administrateur délégué de VO Communication, qui organise l’événement.


Nos dernières videos