L'homme élastique a fait son show

Carton pour la nouvelle émission d'Arthur qui réinstaurait le cirque moderne à la télévision! Avec des numéros plus incroyables les uns que les autres.

Il y a des paris risqués, sans doute celui-là en était-il une: venir avec une émission de cirque en deuxième partie de soirée et sur TF1, il fallait oser. Arthur s'est laissé tenter avec sa nouvelle émission, totalement originale (une fois n'est pas coutume), Rock'n Roll Circus. Qui voit s'affronter trois célébrités mises, pour un soir dans la peau de directeur de cirques. Chacun s'affrontant à distance à coups de numéros plus intrigants et incroyables les uns que les autres.

Pour ce premier numéro, les trois invités étaient la danseuse et chorégraphe Fauve Hautot, Anthony Kavanagh et l'incontournable Arnaud Ducret (vu son omniprésence dans les émissions d'Arthur, pas de réelle surprise). Paré de leurs plus beaux habits de cirque, les trois artistes se sont livrés à différents "truels". "Pas de gagnant, pas de perdant, le seul gagnant, c'est le talent", rectifie Arthur.

Esthétique soignée et talents prodigieux

Dès les premières minutes, l'émission a charmé les téléspectateurs par une esthétique soignée lui conférant un côté "Cirque Freak" délicieux. Ambiance mystérieuse, un décor incroyable, créatures bizarres, band de rockeurs et planchers qui craquent, ça commence plutôt bien. Et, c'est encore mieux quand les premiers talents coviés par les trois célébrités arrivent sur scène. Dans différents styles mais toujours épatant.

Comme le premier talent d'Anthony Kavanagh, habile escaladeur et cascadeur autour d'une barre verticale, mais aussi fakir sur les bords. Au point d'avaler un sabre long de plus d'une cinquantaine de centimètres, de faire une pirouette et de retourner (le sabre toujours bien enfoncé dans son corps) au sommet de sa barre. Impressionnant.

Menotté dans la machine à laver 

Impressionnant également, ce fétichiste des lunettes appelé le "Washing-Machine-Man" engagé par Fauve Hautot. Les mains nouées et le corps enchaîné, l'homme entre dans le tambour de la machine à laver qui se met en marche, avec eau, savonnée et tout ce qu'il faut pour un lavage complet... et dangereux. "Moi je conseille programme 2, couleur synthétique. C'est un peu cinquante nuances de lessive", rigole Anthony Kavanagh sur un plateau bon enfant mais également animé par la tension et la frayeur. Même Arthur n'est pas au mieux. Mais le "Washing-Machine-Man" s'en sort magistralement.

Mais, entre les nouveaux clowns, un homme à la force incroyable, des Beatboxeurs de luxe (comme si une chaîne hifi s'était faite humaine), une contorsionniste et un lanceur de poignards, celui qui nous a le plus fait frissonner, c'est lui: Gary Stretch, "un homme sensible, élastique, à la limite du laxatif, ce n'est pas de la peau, c'est du lino" (le présente Ducret). Avec ses allures de zombies, l'homme fait peur à voir: un réel clown du sordide. Pour lui, pas besoin de chirurgie esthétique, sa peau est élastique au possible. Ses bras, sa poitrine, ses oreilles, ses sourcils, tout peut s'étirer avec une facilité qui déconcerte le public (quand celui-ci ne tourne pas de l'oeil). Le coup de coeur, de froid au dos aussi, de la soirée.

Côté audience, selon Médiamétrie, cette émission de l'étrange, a réuni 1,7 million de téléspectateurs, ce qui permet à TF1 de rester leader de la soirée, après Koh Lanta. On attend le prochain épisode avec impatience.

Nos dernières videos