Julian Assange vit reclus depuis trois ans

Trois ans de résidence forcée à l’ambassade équatorienne à Londres pour Julian Assange AFP

Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, réfugié dans l’ambassade d’Équateur à Londres depuis exactement trois ans ce vendredi, attend toujours d’être entendu par la justice suédoise sur des affaires d’agression sexuelle et de viol.

Pour faire progresser l’enquête, le parquet suédois a accepté en mars de venir à Londres pour entendre l’Australien de 43 ans, qui nie les accusations de viols et d’agressions sexuelles portées contre lui par deux Suédoises, et craint d’être extradé vers les États-Unis s’il se rend en Suède. Selon l’activiste, une réunion avec la procureure suédoise Marianne Ny était prévue ce mercredi et aurait été annulée. «Il est impossible de garder confiance en ce magistrat dans de telles circonstances», a dénoncé Julian Assange dans un communiqué. Cette annulation n’a pas été confirmée par le parquet suédois, qui a annoncé lundi avoir déposé une demande officielle auprès des autorités britanniques et équatoriennes pour entendre M. Assange à Londres.

«Les autorités équatoriennes sont en train d’examiner cette demande dans un esprit de coopération judiciaire», a indiqué, deux jours plus tard, le ministère équatorien des Affaires étrangères.

Julian Assange a demandé l’asile politique à l’Équateur car il craint, s’il se rend en Suède, une extradition vers les États-Unis pour y répondre de la publication par son site d’un demi-million de documents classés Secret Défense. S’il quitte l’ambassade d’Équateur à Londres, il sera arrêté et livré à la Suède.

Nos dernières videos