Un accord pour le stade national

MM. Mayeur, Courtois et Vanden Stock détailleront ce samedi les modalités de l’accord passé à propos futur stade. BELGA

La Ville, Ghelamco et le Sporting Anderlecht sont tombés d’accord pour la construction et l’utilisation du futur stade national.

La Ville de Bruxelles, Ghelamco-BAM, le candidat privilégié par elle pour négocier les conditions de construction et d’exploitation d’un nouveau stade national sur le site du parking C à l’arrière du plateau du Heysel, et le RSC Anderlecht sont parvenus à un accord sur ce dossier.

Une conférence de presse serait organisée ce samedi en fin de matinée à l’hôtel de ville de Bruxelles pour officialiser l’accord. Et révéler si les contrats sont bel et bien signés.

Le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel (Open Vld), a précisé que l’accord ne prévoit pas que la Région bruxelloise doive apporter sa garantie financière à l’opération, a précisé le ministre, interrogé au parlement par les députés Johan Van den Driessche (N-VA) et Arnaud Verstraeten (Groen).

Le ministre s’est par ailleurs félicité du travail accompli par la Ville et son bourgmestre Yvan Mayeur dans ce dossier: «Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises dans le passé, l’Eurostadion sera construit avec des moyens privés. L’accord convenu concerne l’usage du stade . Dès le début, la Ville de Bruxelles a annoncé qu’elle consacrera 4 millions d’euros annuellement pour l’exploitation du stade. Le bourgmestre Yvan Mayeur a mis tout en œuvre, et nous apprécions cela au plus haut point, pour que ce projet devienne réalité ».

Maingain: «Aux frais du contribuable»

La perspective de cette contribution de la Ville n’enchante guère le chef de file de l’opposition FDF Fabian Maingain pour qui «Alain Courtois (l’échevin des Sports) met 4 millions d’euros par an soit 120 millions sur 30 ans aux frais du contribuable dans un stade qui ne devait pas coûter un euro d’argent public».

Pour le chef du groupe FDF, c’est une « volte-face éhonté de la part du Premier échevin» libéral qui avait «pourtant défendu le recours au privé comme solution afin que la Ville soit dégagée des coûts liés à l’entretien du stade actuel ».

Quant au montant que versera le Sporting Anderlecht pour avoir le droit d’occuper les lieux, il n’a pas non plus été divulgué.

Nos dernières videos