BELGIQUE

Taxe au kilomètre: l’UCM veut des mesures concrètes d’accompagnement

Taxe au kilomètre: l’UCM veut des mesures concrètes d’accompagnement

Belga

La taxe kilométrique aura un impact négatif sur le secteur du transport, qui ne sera pas le seul à être touché, estime l’Union des classes moyennes (UCM), qui soutient les transporteurs routiers. A ses yeux, il est «impensable» que cette taxe entre en vigueur avant que les mesures d’accompagnement promises soient clairement définies.

En plus des activités de transport, les secteurs de la distribution de combustibles et carburants, de l’industrie extractive, de l’agriculture (production laitière et industrie agro-alimentaire), mais aussi des voiries, du recyclage des déchets ou encore du transport intérieur pour compte de tiers seront «significativement impactés» par cette redevance kilométrique, dénonce l’UCM. Le coût sera finalement répercuté sur les consommateurs, prévient-elle.

«Le gouvernement wallon a entre ses mains une étude d’impact socio-économique de cette redevance. Une étude qui montre, chiffres à l’appui, que des centaines de PME wallonnes vont être directement touchées par cette taxe. C’est sur cette base qu’il a commencé à rencontrer les secteurs touchés afin de définir des mesures d’accompagnement à prendre pour maintenir la position concurrentielle des PME concernées», affirme l’Union des classes moyennes.

Si l’UCM a pu faire part de ses craintes au ministre wallon du Budget Christophe Lacroix, elle regrette que, du côté bruxellois, aucune concertation sur ces mesures d’accompagnement n’ait encore démarré.