Le Népal rouvre ses sites historiques de Katmandou : « Ce n’est pas prématuré »

Le Népal rouvre ses sites historiques de Katmandou : « Ce n’est pas prématuré »

Photo prise à Katmandou le 28 avril dernier après le séisme. AFP

En dépit d’inquiétudes sur la sécurité, le Népal a rouvert officiellement ce lundi les sites historiques de Katmandou, sept semaines après un séisme meurtrier qui a partiellement détruit son patrimoine culturel.

Chants et danses traditionnels ont apporté une note de gaieté lors de la cérémonie officielle organisée sur la «Durbar Square» de Bhaktapur, près de la capitale, une place riche en temples hindous, palais royal et statues mais dont une partie a été très endommagée.

Le séisme de magnitude 7,8 qui a ébranlé le Népal le 25 avril a tué plus de 8.700 personnes et porté un sévère coup à ses trois anciennes places royales, les «Durbar Squares» de Katmandou, Patan et Bhaktapur inscrites au Patrimoine mondial de l’Unesco.

«Le Népal est sûr, ne vous inquiétez pas, c’est notre message aujourd’hui», a dit le directeur général du département d’Archéologie du ministère du Tourisme, Bhesh Narayan Dahal.

«Rouvrir ces sites n’est pas prématuré. Il s’agit d’anticiper pour que le prochain pic de la saison touristique, entre septembre et novembre, soit le moment approprié pour la venue des touristes», a-t-il ajouté. «S’ils estiment que le Népal est sûr, ils viendront».

Le Népal est encore secoué par des répliques quotidiennes et les poutres et gravats des édifices architecturaux endommagés parsèment encore ces trois places réputées. Sur celle de Katmandou, les piétons suivent un étroit passage entre les monuments sur lesquels sont placardés des panneaux avertissant de leur danger.

L’Unesco a exprimé sa préoccupation face à cette réouverture jugée anticipée, estimant que ces sites sont «encore dans un état précaire».