FOOTBALL

Le football belge réformé et régionalisé ce lundi

Négociée depuis des mois, la réforme va être votée ce lundi à l’Union belge. Les cartes sont redistribuées dans tout le foot national, de la D1 à la Promotion.

+ Cliquez ici pour voir l'infographie en grand

C’est ce lundi, à 19 heures, que la Commission nationale d’étude votera la grande réforme du foot belge. Rêvée par certains depuis des années, âprement négociée tout au long de la saison, elle se concrétisera ce soir dans cette CNE, organe législatif, où siègent quatre instances: la Pro League, la Ligue nationale (D2), l’aile amateur francophone (ACFF) et l’aile amateur flamande (VFV). La majorité très spéciale de 81% sera atteinte puisqu’à force de compromis et de négociation, les penseurs de ce projet ont réussi à obtenir le soutien des quatre instances. La D2 a donné son feu vert samedi 6 juin, l’aile francophone, mercredi passé (les provinces de Liège, de Namur, D3 et Promotion étaient pour; les provinces du Luxembourg et du Hainaut contre; alors que le Brabant était absent), et l’aile flamande ce samedi. Quelques détails seront encore négociés aujourd’hui, mais rien qui devrait empêcher ce texte de 174 pages d’être voté.

Pourtant, beaucoup se demandaient si cette réforme se concrétiserait. Et, surtout, comment elle obtiendrait 81 % des voix à l’assemblée générale de l’Union Belge. La D3 (11,76%), alliée à un autre acteur, avait-elle les moyens de bloquer le projet, ou son vote était-il minorisé au sein des ailes, seules souveraines pour s’exprimer en AG, avec la Pro League et la D2? Les interprétations divergent. Quoi qu’il en soit, le Comité exécutif a réglé la question en toute discrétion, le 20 mars, en usant de son «droit d’interprétation» du règlement pour supprimer la ligne spécifiant que «les modifications à la formule des championnats nationaux» doivent être votées en AG. Seule la CNE votera, donc.

24 clubs pros, un seul descendant

Les deux grands axes de cette double réforme, sont ceux-ci: 1) le football rémunéré passe de 34 à 24 clubs. Après une saison de transition, il n’y aura plus qu’un seul descendant vers le foot amateur par an (contre deux à trois avant).

2) À l’exception de sa D1, le foot amateur «national» va disparaître, au profit de séries régionalisées. Un nouvel échelon est créé, et les clubs de P1 constituent désormais le sixième échelon du foot belge.

 

ACFF : « Il fallait scinder »

 

David Delférière (directeur administratif de l’ACFF - l’aile francophone - et membre du comité exécutif de l’Union belge), pourquoi réformer le foot amateur, finalement?

Il y a quelques années, la Fédération a été restructurée pour correspondre davantage aux structures politiques du pays (NDLR: la création des ailes régionales). Ici, il s’agit d’une mise en conformité avec cela. Et contrairement à ce que j’ai déjà entendu, il n’y a eu aucune menace de suspension de subsides de la part du Ministre Collin pour pousser à régionaliser.

Un seul montant vers le foot rémunéré, n’est-ce pas trop peu?

Pour moi, non. Le foot pro est composé de sociétés commerciales qui n’ont plus rien à voir avec les clubs amateurs. Il fallait scinder ces deux entités. Tout comme il fallait réduire le nombre de clubs du foot rémunéré. Et 24, c’est un grand maximum. La scission est une bonne chose en termes de gestion. Au niveau sportif, c’est sûr que ce sera plus dur de monter vers le foot rémunéré. Disons que le pont entre foot rémunéré et amateur est plus fragile, encore.

L’aile francophone n’a-t-elle pas poussé à tout prix pour que la réforme passe?

Il n’y avait pas unanimité, c’est clair, mais on ne peut pas dire cela. Certains étaient dérangés par le fait qu’il fallait aller vite, et avaient peur de voter dans la précipitation. Mais regardez la D3, elle était contre au début et a finalement voté pour (NDLR: côté francophone).

+ BONUS POUR NOS ABONNES |  Les changements à venir, division par division à découvrir en cliquant ici et dans L’Avenir de ce lundi, sur tablette, smartphone ou PC