MOBILITÉ

Taxe poids lourds : 12,8 cents le km ?

Taxe poids lourds : 12,8 cents le km ?

Les transporteurs sont inquiets et attendent la tarification. Elle pourrait être calquée sur la flamande. ÉdA – Florent Marot

Le ministre du Budget présente aujourd’hui les tarifs de la taxe kilométrique pour poids lourds. Les autoroutes ne seront pas les seules concernées.

Hier matin, le ministre Christophe Lacroix présentait la future tarification liée à la fameuse taxe kilométrique pour poids lourds.

Curieux, dans la mesure où, il y a quelques jours à peine, les résultats de l’étude de l’UCL sur les impacts d’une telle taxe n’étaient pas encore connus du ministre du Budget. Qui a donc accéléré le tempo…

La formule de calcul (voir ci-dessous), c’est du chinois. Un nombre incalculable de paramètres interviennent.

Mais le tarif officiel reste encore flou. Il semble toutefois que le gouvernement wallon se dirige vers des tarifs plus ou moins calqués sur les tarifs flamands. Soit environ 12 cents le kilomètre, avec une variation en fonction de la zone sur laquelle roulent les camions ainsi que de leur tonnage. Trois catégories seraient donc retenues: les moins de 12 tonnes, les 12-32 tonnes, et les plus de 32 tonnes.

«Il semble, cela dit, que le tarif sera légèrement inférieur à celui pratiqué par la Flandre», explique Michaël Reul, secrétaire général de l’UPTR (Union professionnelle des transporteurs routiers). «La Wallonie ne pouvait pas faire radicalement différent pour garder une certaine cohérence. Mais elle voudra aussi se démarquer de la Flandre. Ce qui n’est pas bon pour les transporteurs qui seront soumis à deux régimes différents».

Les grands axes aussi concernés

Autre très mauvaise nouvelle, selon l’UPTR: l’extension du périmètre où la taxe poids lourds devrait être d’application en Wallonie.

«À la base, seul le périmètre Sofico avait été retenu, ajoute Michaël Reul. Ce qui signifie que seules les autoroutes étaient soumises à la taxe. Mais il semble que le gouvernement wallon, dans un souci de mieux coller au périmètre de l’eurovignette actuelle, ait décidé d’élargir de 800 kilomètres, sur les grands axes, la zone où la taxe serait due.»

Ce qui signifie concrètement que des routes nationales ou régionales, par exemple, pourront être concernées.

Autant dire que les transporteurs attendent avec inquiétude les chiffres définitifs. Mais aussi les mesures d’accompagnement de la taxe (pour ne pas dire compensatoires, ce qui ne serait pas toléré par l’Europe).

Si la Wallonie suit la Flandre, la taxe de circulation devrait être supprimée ou à tout le moins réduite, les tracteurs agricoles exonérés et le produit de la taxe théoriquement réinvesti dans les routes wallonnes.