Fake-similé

Nick Rodwell prêt à quitter la veuve Hergé pour la veuve Playmobil

Nick Rodwell prêt à quitter la veuve Hergé pour la veuve Playmobil

Nick Rodwell veut rebondir : s'il n'a plus la mainmise sur Tintin, il se verrait bien prendre le contrôle de Playmobil. Nick Rodwell quitte la veuve Hergé pour la veuve Playmobil

Après le fiasco judiciaire subi par la société Moulinsart devant la justice hollandaise, celui qu'on surnomme le "beau-père de Tintin", Nick Rodwell, pourrait changer de crèmerie...

 

Un coup de tonnerre est survenu ce week-end dans le ciel paisible et prospère de la société Moulinsart.

Alors qu'elle avait attaqué un groupe de fans hollandais de Tintin pour le détournement de quelques cases de BD, la société, qui gère d'une main de fer les droits sur l'oeuvre de Hergé, a perdu son procès en appel.  

En cause, un contrat de 1942 (et jamais dénoncé par Fanny Rodwell, la veuve d'Hergé) stipulant que le créateur de Tintin avait cédé ses droits sur ses textes et ses dessins à son éditeur, Casterman. 

Pour la société Moulinsart, ce pourrait être le début de beaucoup de soucis. Ses anciennes "victimes" pourraient se retourner contre elle puisque sa mainmise impitoyable (et très lucrative) sur les albums de Tintin n'était pas légitime.

Patron de Moulinsart (et mari de la veuve d'Hergé), le controversé Nick Rodwell a clairement senti le vent tourner et n'est pas resté sans réaction.

La presse allemande a révélé en effet que l'homme d'affaire britannique faisait depuis plusieurs jours une cour assidue à la veuve Playmobil, et cela après le décès survenu le 3 juin de Horst Brandstätter, créateur allemand des petites figurines en plastique, qui avait 81 ans. 

Via une "fondation Playmobil", Nick Rodwell se verrait bien reprendre en main le contrôle des droits d'exploitation des petits jouets créés en 1974 et multiplier les produits dérivés ou les films avec Steven Spielberg.

A la limite, Rodwell pourrait même jouer sur les deux tableaux et faire adapter l'univers de Tintin en version Playmobil (mais on risque alors de l'accuser de bigamie !). 

Dans la foulée, le musée Hergé pourrait devenir le musée Playmobil et être déplacé de Louvain-La-Neuve à Walibi.

Si son plan "veuve Playmobil" ne réussit pas, il restera alors à Nick Rodwell à tenter d'épouser la mère du footballeur Cristiano Ronaldo, dont on sait depuis peu qu'elle trimballe des fortunes en cash dans son sac à main. 

On sait qu'il songe aussi à exploiter une BD inspirée des aventures du petit prodige belge Eden Hazard, et cela à travers une société qui s'appellerait "Fondation Moul'Hazard" !