Après une passe d'armes qui a duré plus d'une heure, le conseil communal de Leuze-en-Hainaut a rejeté la motion de méfiance collective constructive lancée par le MR et le PS, qui avaient décidé de s'associer pour former une nouvelle majorité, éjectant ainsi le bourgmestre Christian Brotcorne (Idees) et ses échevins dans l'opposition. Malgré onze voix en faveur de cette motion, contre dix "non", cette motion est rejetée en raison de deux abstentions, d'un élu PS et d'un élu MR.

Le conseiller libéral, Jacques Dumoulin s'est prononcé contre cette motion qu'il compare à un limogeage. "J'ai certes des griefs envers le groupe Idées mais ce ne sont pas là des conditions pour ne pas respecter un pacte que j'ai avalisé en 2012 et qui se terminera en 2018", a commenté M. Dumoulin. Il a été imité par François Baton (PS).

Avant de passer au vote, Hervé Cornillie (MR), muet depuis le dépôt de la motion, n'a pas mâché ses mots envers le bourgmestre. "Les humanistes ne sont pas ceux que l'ont croit", a-t-il dit, déplorant que des tags insultants ou des menaces ont été écrits sur sa façade ou sur les trottoirs de l'hôtel de Ville. "Je déplore la manque total de respect humain de ceux et celles qui prennent une posture de Caliméro".

Il se défend d'avoir commis un crime de lèse-majesté car il estime que les engagements pris par le couple Idees-MR en octobre 2012 n'ont pas été tenus, ce qui explique pourquoi il a usé d'un outil prévu dans le code de démocratie locale dans le but de changer les choses à Leuze-en-Hainaut. "Seule la communication a été améliorée depuis trois ans", dit-il en promettant aux Leuzois du changement.

Du côté du PS, Christian Ducatillon regrette que "la majorité forte" promise par le bourgmestre "n'est pas si forte que cela finalement".

Enfin, Paul Olivier (Idées) s'est défendu des accusations portés contre le bourgmestre "qui a ramené beaucoup de subsides pour la commune de Leuze-en-Hainaut". Le groupe de Christian Brotcorne dénonce un "déni démocratique" et "un manque de loyauté" dans le chef d'Hervé Cornillie, accusé d'assouvir seulement ses ambitions personnelles au détriment de l'intérêt général, ce que conteste le réformateur accusé de tous les maux par une conseillère Idées.

"Mon seul tort a été de gagner les élections, de gagner plus de sièges que votre groupe et de déloger le MR, je dérange", a lancé Christian Brotcorne en s'adressant à son rival, lequel l'accuse de mener un mauvais procès d'intention.

Christian Brotcorne, soutenu par de nombreux citoyens, reste bourgmestre de Leuze-en-Hainaut et la majorité reste inchangée.