JUDO

Katas: les frères Gilon au sommet de l'Europe à domicile

Katas: les frères Gilon au sommet de l'Europe à domicile

Les frères Gilon ont bien géré leur stress pour monter deux fois sur le podium des championnats d'Europe. EdA - Alan MARCHAL

A domicile, Jean-Philippe et Nicolas Gilon ont décroché l’or et l’argent lors de l’Euro de katas à Herstal.

Dans le petit monde du judo belge, les frères Gilon constituent une véritable référence en termes de katas. Souvent imités mais rarement égalés, Jean-Philippe et Nicolas, 31 ans, l’ont encore prouvé ce week-end, à Herstal, lors des championnats d’Europe durant lesquels ils ont décroché l’or samedi et l’argent dimanche en Nage-No-Kata, le kata des projections.

« Nous sommes assez satisfaits de ce que nous avons réalisé ce week-end, sourit Nicolas, Liégeois d’origine mais Wavrien d’adoption. Nous étions venus pour deux médailles : nos objectifs sont atteints. » Et tant pis si la deuxième journée de compétition laissera un petit goût de trop peu dans la bouche des deux compétiteurs.

Car, si tout s’est très bien passé le samedi avec l’obtention du titre européen - leur deuxième sacre d’affilée dans leur catégorie d’âge -, les frères Gilon ont connu un tout petit peu moins de réussite le lendemain, lors de l’Open qui réunit les trois meilleurs couples de chaque catégorie. Battus par les Roumains Iulian Surla et Aurelian Fleisz, les deux Liégeois ont dû « se contenter » de l’argent. « C’est un peu dommage d’être battus de quelques points seulement mais c’est comme ça avec les katas : tout se joue sur des détails, nuance Jean-Philippe. Peut-être que nous aurions pu glaner un peu plus de points si nous avions accentué les chutes… C’est très difficile à dire. Mais bon, il faut relativiser aussi : il n’y a que les Roumains, les seuls Européens à avoir déjà pris la mesure des Japonais et des Coréens, qui nous ont battus ce week-end. Ça veut quand même dire qu’on ne s’est pas mal débrouillé. » Surtout compte tenu du stress supplémentaire que les deux sociétaires du Budo Herstal, leur club de cœur, ont connu à domicile.

Les Mondiaux en tête

« Ce n’était pas facile de gérer tout ce stress ambiant, avoue Nicolas Gilon. Voir autant de gens de notre entourage lors d’un grand rendez-vous comme les championnats d’Europe n’est pas quelque chose de très habituel. Et puis, il y avait la pression que nous nous sommes mise tout seul sur nos épaules… » Une pression que les frères vont désormais évacuer en prenant quelques vacances.

« Ça fait quelques mois que nous préparions ces championnats. en nous retrouvant sur les tapis de clubs amis comme Saint-Denis ou Chaumont-Gistoux. Il est temps pour nous de souffler un peu avant de reprendre le collier en vue des Mondiaux d’Amsterdam. » Une compétition programmée en septembre où les frères tenteront de décrocher un premier podium dans un championnat du monde.

+ Toutes les photos des championnats d'Europe de katas sur judo.lavenir.net