RÉGION LIÉGEOISE

Bavière, Droixhe, Cité administrative: 300 millions pour la région liégeoise

Bavière, Droixhe, Cité administrative: 300 millions pour la région liégeoise

La Cité administrative, dont la tour en parallélépipède se dresse entre la Meuse et les coteaux, deviendra un bâtiment «zéro carbone» avec l’aide d’un subside de 22,7 millions d’euros. ÉdA Archives

Plus de 400 projets ont été sélectionnés en Wallonie pour recevoir d’importants subsides européens. La région liégeoise a été la plus gâtée: Liège, Seraing, Ans, Flémalle et Herstal font partie des bénéficiaires. Voici les principaux projets.

«De tous les arrondissements de Wallonie, Liège est celui qui reçoit le plus dans le cadre de la programmation Feder 2014-2020», explique le ministre wallon – et liégeois – de l’Économie, Jean-Claude Marcourt (PS). Les Villes, Communes, universités, Provinces et autres opérateurs wallons attendaient avec impatience l’octroi de ces subsides du Fonds européen de développement économique et régional.

Ce Feder établit des programmes de subsidiation de 6 ans à l’échelon européen, permettant en quelque sorte de distribuer les subsides, prioritairement aux régions qui en ont le plus besoin. En Wallonie, 1,7 milliard d’euros de projets ont été retenus, dont environ 300 millions uniquement pour l’arrondissement de Liège. Cela a de quoi réjouir les autorités liégeoises et, en passant, frustrer celles d’autres régions.

L’attribution des subsides résulte de la décision d’une task-force, composée d’une douzaine d’experts, chargés de statuer sur la pertinence des projets et d’observer s’ils correspondent aux priorités fixées par l’Union européenne.

La répartition des investissements pour chacun des projets se répartit comme suit: 40% à charge du fonds européen, 50% de la Région wallonne et 10% de l’opérateur (Villes et Communes, ULg, Spi, aéroport, etc.).

Ces opérateurs ont été amenés à envoyer leurs demandes sous forme de «fiches Feder». Lors des dernières fournées, en région liégeoise, ce type de financement a permis de concrétiser des dossiers comme l’esplanade des Guillemins, l’Opéra royal de Wallonie, le commencement du boulevard urbain à Seraing, le Grand Curtius, le Musée de la Vie wallonne, les quais de Meuse, etc.

Voici les principaux projets de la région liégeoise qui ont été retenus et qui devraient donc connaître un coup d’accélérateur d’ici 2020, en matière de valorisation et requalification du territoire.

125 millions d’euros pour Liège

Hormis le projet concernant la rénovation du Palais des Congrès, l’essentiel des demandes de la Ville de Liège ont été acceptées, à savoir 125 millions de subsides, alors que le portefeuille initial demandait 184 millions. Le résultat est très satisfaisant pour les autorités liégeoises:

– 28,5 millions d’euros pour le site désaffecté de Bavière, où sera implanté un pôle créatif avec l’installation de la nouvelle bibliothèque des Chiroux, une maison de la création artistique, une pépinière d’entreprises, une vocation académique (Saint-Luc, Barbou, etc.), entre autres. C’est la Province de Liège qui est en charge de ce dossier.

– 35 millions d’euros pour la construction de nouvelles Halles de Foires à Bressoux

– 24,1 millions pour la réalisation de l’écoquartier de Coronmeuse, avec du logement, des infrastructures de mobilité douce, etc.

– 22,7 millions d’euros pour la rénovation de la Cité administrative, immeuble vieillissant et énergivore, qui sera rénovée pour devenir un bâtiment «zéro carbone», le plus important de ce format à l’échelon européen.

– des subsides pour la réalisation d’un boulevard urbain et d’une refonte complète de l’entrée de Droixhe, vers Bressoux, là où se trouve actuellement la fin de l’autoroute E25 en provenance de Cheratte.

40,9 millions pour Seraing

Pour Seraing également, hormis la rénovation du quartier du Molinay et la réhabilitation du terril du Makets, les principaux projets ont été acceptés. Il s’agit au total de 40,9 millions sur les 72 initialement demandés:

– 8,4 millions pour la poursuite de la réalisation du boulevard urbain, sur le tronçon est. C’est la suite d’un programme issu du programme Feder 2007-2013.

– 8,7 millions pour la réalisation du boulevard urbain, sur le tronçon ouest, en parallèle avec le démantèlement du HF6.

– 9,3 millions pour réaliser des travaux de conservation, dans le cadre du projet Gastronomia, à savoir la réhabilitation de halles industrielles en vue d’un projet économique et commercial.

– 7,9 millions pour la réalisation d’un parking mutualisé de 650 places aux ateliers centraux

– 5,2 millions pour réaliser une passerelle sur voies (liaison piétonne entre quartiers) reliant les ateliers centraux et Trasenster

– 1,3 million pour la création d’un «Hub créatif» pour susciter des démarches innovantes et 150 emplois sur les sites sidérurgiques appelés à être reconvertis.

4,1 millions pour Flémalle

Les montants sont moindres qu’à Liège ou Seraing, mais la bourgmestre Isabelle Simonis se réjouit de l’arrivée des Fonds Feder qui vont permettre de lancer deux dossiers majeurs:

– 2,9 millions pour la revitalisation de Flémalle-Centre, avec la rénovation du «triangle se trouvant entre l’athénée, la bibliothèque et la polyclinique, avec une meilleure intégration du parc de Flémalle».

– 1,3 million pour la revitalisation de Flémalle-Grande, «toute une entrée de Flémalle en provenance de Jemeppe qui sera repensée: voiries, trottoirs, parking, place, etc.»

16,5 millions d’euros pour Herstal

– 12,8 millions pour l’installation d’une vaste infrastructure de chauffage urbain à partir de la chaleur produite au niveau de l’incinérateur Intradel, «un projet environnemental, économique et social», se réjouit l bourgmestre Frédéric Daerden (PS).

– les autres projets acceptés pour Herstal concernent la poursuite de la réhabilitation du centre, avec le parc Browning et la place Gilles Gérard, mais aussi la poursuite du dossier du pôle «Marexhe-Gare».

3,2 millions d’euros pour Ans

Les principaux projets:

– 1,5 million pour le développement du château de Waroux avec espace horeca et microbrasserie.

– 200000 euros pour la reconversion d’un ancien site industriel en écoquartier, à proximité de la piscine de Loncin.

59 millions pour l’ULg

L’université de Liège, en tant qu’opérateur, reçoit elle aussi une belle partie du gâteau pour une série d’investissements à venir.

– 26 millions d’euros sont consacrés au secteur de la santé, dont 21,5 millions pour le développement du Biomed Hub de Liège (outil de recherche à la pointe de la biotechnologie)

– 4,2 millions pour le projet Verdir dans les anciens ACEC, dans le but de développer des cultures de plantes pour le secteur pharmaceutique.

34 millions pour les abords de l’aéroport

34 millions pour des aménagements de zone de développement économique aux alentours de Liège Airport, dont:

– 13,5 millions pour une voirie de liaison avec l’E40 vers Crisnée

– 13,2 millions pour l’évacuation des eaux pluviales de la plaine de Cubber et de Stockis

– 3,8 millions pour une voirie au nord de l’aéroport

– 2,9 millions pour le réaménagement de l’échangeur n°3 au niveau de l’E42