«Bossemans et Coppenolle» version RTBF

Toute la troupe de la RTBF répète d’arrache-pied pour être prête pour le lundi 18 mai. RTBF

Animateurs et journalistes de la RTBF rempilent au théâtre au profit de Viva for life. Cette fois, dans «Bossemans et Coppenolle».

«Ça est les crapuleux de ma strotje (NDLR: ruelle en bruxellois) qui m’ont appelée comme ça parce que je suis trop distinguée pour sortir en cheveux!» Tout Bruxellois qui se respecte connaît par cœur cette réplique dite par Madame Chapeau et extraite de Bossemans et Coppenolle. Une pièce écrite en 1938 par Paul Van Stalle et Joris d’Hanswyck et qui figure parmi les incontournables de la «zwanze» bruxelloise.

Alors qu’elle est actuellement jouée au théâtre des Galeries par des acteurs professionnels (jusqu’au 24 mai), elle fera aussi l’objet d’une représentation spéciale le 18 mai prochain. Ce soir-là, ce sont des animateurs et des journalistes de la RTBF qui se retrouveront sur les planches pour l’opération Viva for life.

Une expérience que la chaîne publique réédite après le succès enregistré l’an dernier – que ce soit le jour de la représentation ou celui de la diffusion en télé – par Le mariage de Mlle Beulemans.

Joëlle Scoriels en serveuse de café

Sur scène, on retrouvera des habitués comme Guy Lemaire (Coppenolle), Hubert Mestrez (Bossemans), Caroline Veyt (Violette), Adrien Devyver (Nestor), Cédric Wautier (Eliacin) et Sara de Paduwa (Charlotte) mais aussi des petits nouveaux comme Véronique Barbier (Léontine), Alexandre Mitea (Joseph), Sophie Delacolette (Georgette), Jérome de Warzée (Mme Chapeau), Éric Bœver (Le patron du café) ou Joëlle Scoriels (Arabella). «Je suis très contente de refaire du théâtre, nous dit cette dernière. J’en avais fait quand j’étais à l’école et j’adorais ça. Bon, maintenant, je ne tiens pas un grand rôle, mais c’est déjà très bien pour se remettre dans le bain.» Alors que ses camarades devront prendre l’accent bruxellois, Joëlle Scoriels tient le rôle de la nouvelle serveuse anglaise du café où se retrouvent les Bossemans et Coppenolle. «J’aurai donc un léger accent anglais. Et mon rôle est de faire boire les gens (rires). Je sers notamment un scotch à Joseph Bossemans (NDLR: alias Alexandre Mitea).»

Pour le journaliste d’origine carolo, jouer au théâtre sera une première. «Cela va être impressionnant de se retrouver devant une salle remplie. À la télé, on s’imagine les gens derrière la caméra. Ici, ils seront bien réels. J’en ai la chair de poule… Cela va être une belle expérience.»

Le plus gros stress pour Alexandre Mitea était de devoir retenir beaucoup de texte. «Mais finalement, ça va. Mais après avoir appris le texte, il faut encore faire attention à un tas de choses, comme savoir se placer sur scène.»

Pour cela, animateurs et journalistes pourront compter sur toute l’expérience de David Michels, le directeur du théâtre des Galeries, qui avait déjà officié dans ce rôle de metteur en scène l’an dernier. «J’ai accepté de rempiler à condition qu’il y ait plus de répétitions et une présence plus intense des comédiens lors de celles-ci, ce qui a été respecté.»

+ «Bossemans et Coppenolle» au théâtre des Galeries au profit de Viva for life. Réservations: 18€ au 02 512 04 07. Hier, il restait 80 places au 2e balcon…