INTERNET

Le site de L’Avenir victime de cyberattaques: une plainte déposée

Le site de L’Avenir victime de cyberattaques: une plainte déposée

Le site internet de L’Avenir a été hors-service à plusieurs reprises ce mardi soir et au milieu de la nuit.. tashka2000 - Fotolia

MISE A JOUR| Le site internet de L’Avenir a été hors-service à trois reprises ce mardi soir. Ces interruptions sont revendiquées par le même hacker que celui ayant revendiqué celles des groupes Rossel et IPM.

Le site internet de L’Avenir a connu une interruption d’une vingtaine de minutes environ, peu après 20 heures, ce mardi soir. La situation est revenue à la normale et l’ensemble des contenus en ligne étaient à nouveau accessibles durant la majeure partie de la soirée.

Le site était à nouveau hacké peu avant 23h50, puis accessible vers 0h10. Un troisième attaque est survenue peu après 0h30, provoquant une nouvelle interruption. La revendication de ces actes provenant toujours de la même source.

Les sites internet hébergés sur les mêmes serveurs – Het Nieuwsblad, De Standaard, etc. – n’ont quant à eux pas été interrompus. Seul le site internet de L’Avenir a été bloqué, la rédaction a donc pu continuer à travailler sur les autres outils informatiques.

Selon les informations du service informatique de L’Avenir, des millions de requêtes ont été envoyées lors de chaque cyberattaque par le hacker sur le serveur, ce qui a en quelque sorte provoqué des embouteillages sur notre site. L’envoi de ces requêtes a été interrompu par le hacker lui-même.

Ce hacker a également revendiqué les cyberattaques de ces derniers jours sur les sites de nos confrères des groupes Rossel (Le Soir, SudPresse) et IPM (La Libre, La DH) a également revendiqué la mise hors-service de notre site.

Tant sur le coup de 20h qu’au milieu de la nuit, la mise hors-service a été revendiquée dès les premiers instants de l’interruption.

Le hacker indiqué plus tôt dans la soirée commettre ces cyberattaques pour «montrer que les sites ne sont pas sécurisés». Le service informatique de L’Avenir précise que le site est sécurisé, mais que de tels envois de millions de requêtes provoque inévitablement une panne.

Le directeur financier de L'Avenir a déposé plainte contre X mercredi matin auprès de la police judiciaire fédérale de Namur.