ANIMAUX

Faut-il interdire les spectacles de fauconnerie?

Faut-il interdire les spectacles de fauconnerie ? Cinq associations réclament l’interdiction des spectacles de rapaces. Après les cirques, bientôt la fin de l’utilisation ludique des animaux ? Nous avons posé la question à un fauconnier du parc Pairi Daiza.

Adrien Théatre est fauconnier au parc Pairi Daiza depuis plus de sept ans. Son métier, il l'adore et le défend contre ses détracteurs. Mais pour lui, une règlementation permettrait de mettre de l'ordre dans le milieu.

Son interview et notre reportage à Pairi Daiza dans notre vidéo ci-dessus.

Tous unis

C’est un vrai front commun. Natagora, Gaia, Animaux en péril, Jeunes et Nature, le Cercle des naturalistes de Belgique et la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux (LRBPO) ont envoyé un courrier au ministre wallon du Bien-être animal, Carlo Di Antonio, en lui demandant d’interdire les spectacles de rapaces, pourtant très populaires chez nous. « Nous ne visons pas la fauconnerie (NDLR : de chasse), reconnue par l’Unesco » explique Corentin Rousseau de la LRBPO. « Ce que nous voulons, c’est faire interdire les spectacles de rapaces parce qu’ils vont à l’encontre du bien-être animal ».

Après l’interdiction de l’utilisation d’animaux dans les cirques il y a peu, les 5 associations voudraient donc voir la législation se durcir encore et élargir le propos à plusieurs catégories d’animaux.

Pairi Daiza, l'exception

« Nous ne sommes absolument pas visés par le communiqué de presse de ce 8 avril, co-signé par Natagora et la LRBPO. Ce communiqué visant les organisateurs de foires, activités médiévales et visites de châteaux. N’hésitez pas à contacter la direction de Natagora (M. Funcken, Directeur de Natagora) et de la LRBPO (M. Beaumont, Président) qui vous le confirmeront ». Voilà la réaction du parc Pairi Daiza à la demande du collectif d’associations. Et pour cause : le célèbre parc animalier de la région de Mons a signé une convention... avec la LRBPO selon laquelle la Ligue s’engage en gros à ne pas intenter d’actions contre le parc en matière de bien-être animal. Curieux ? Pour Corentin Rousseau de la LRBPO, pas tant que ça. « Nous avons établi que Pairi Daiza était un parc où le bien-être animal était plus respecté qu’autre part. Même si ce n’est pas parfait ».

Notons encore qu'à Pairi Daiza, tous les rapaces sont nés en captivité


+ Prolongez l'info et découvrez notre dossier dans L'Avenir de ce jeudi 9 avril 2015.