ÉLECTIONS EN FRANCE

Le Pen recrute en Gaume

Le Pen recrute en Gaume

Francis Dossogne en 1980, à la tête du Front de la Jeunesse en Belgique D. R.

Ex-fondateur du Front de la Jeunesse en Belgique, Francis Dossogne, 62 ans, était candidat pour le FN de Marine Le Pen, à Montmédy, près de Virton.

Dimanche en France, le Front National n’a pas emporté de département, mais avec des gains importants, continue à positionner Marine Le Pen pour la course présidentielle de 2017.

À Montmédy aussi, petite ville frontalière française de la Meuse, proche de Virton et Florenville, le FN n’a pas gagné ces élections, mais son binôme de candidats, Nicole Samson et Francis Dossogne, a raflé près de 30% des voix face à ses adversaires UMP et PS.

La photo de ce candidat du FN de 62 ans n’est apparue sur aucune affiche à Montmédy et dans les villages jusqu’à la frontière belge. Un candidat fantôme.

Peu de monde le connaît dans sa ville meusienne, où il réside depuis quelques années. «M. Dossogne n’a fait aucun meeting électoral, n’est venu saluer personne dimanche, lors du second tour. Il ne fait partie d’aucune association de la ville. Les gens ne le connaissent pas. Ils votent pour le FN, pas pour le nom du candidat», nous précise-t-on à la mairie de Montmédy.

Dossogne a acquis la nationalité française il y a deux ou trois ans.

Employé à la Commune d’Étalle

Il est aussi depuis quelques années employé à l’administration communale d’Étalle, de l’autre côté de la frontière en Belgique.

Son travail là-bas est considéré comme consciencieux et ne pose pas problème, même si les conditions rapides de sa nomination à l’époque avaient étonné quelques conseillers gaumais.

Ce que les électeurs français ignorent sans doute, c’est que Francis Dossogne est bien plus connu en Belgique pour son passé sulfureux de militant actif d’extrême droite. C’est lui, dans les années 1970, qui a fondé le Front de la Jeunesse et le Nouvel Europe Magazine.

Sympathisant de Jean-Marie Le Pen, Dossogne l’était aussi d’un Belge, Paul Latinus, fondateur du mouvement WNP, une milice armée considérée par beaucoup d’observateurs à l’époque comme ayant des relents néonazis.

Pas inculpé dans le fameux dossier des tueries du Brabant wallon (28 personnes tuées dans des grands magasins en Belgique entre 1982 et 1985), Francis Dossogne a pourtant vu son nom cité dans cette affaire, parce qu’il était proche de certains suspects entendus par les enquêteurs.

Dossogne s’était montré par la suite plus discret. Passé détective privé au Luxembourg, il a refait surface tout récemment, dans le nord-est de la France, à Montmédy, en étant la figure de proue du FN meusien lors de ces élections départementales.


Nos dernières videos