ANNIVERSAIRE

Il y a 30 ans, Sœur Sourire se donnait la mort

Le 29 mars 1985, sœur Sourire se suicidait avec sa compagne, Annie Pecher, à leur domicile de Wavre.

En 1959, Jeanne Deckers, à l’origine professeur de dessin, entre dans l’ordre catholique des dominicains de Franchimont, où elle devient religieuse sous le nom de sœur Luc-Gabriel. C’est dans ce couvent qu’elle découvre et développe ses talents de chanteuse et de musicienne, en jouant de la guitare.

En 1963, elle enregistre, sous le nom d’artiste Soeur Sourire, le titre «Dominique» qui devient un succès mondial. Cette chanson de langue française se classe numéro 1 des ventes de disques aux États-Unis pendant tout le mois de décembre 1963. Sœur Sourire réussit également à classer deux albums de langue française dans les meilleures ventes d’albums américaines: l’album Sœur Sourire (The Singing Nun) se classe numéro 1 pendant 10 semaines au Billboard 200 en 1963 et 1964, et l’album Sa joie, ses chansons (Her Joy, Her Songs) se classe 90e en 1964. En 1965, le film ‘Singing Nun’ relate l’histoire de sa vie.

La vie hors du couvent

En 1967, elle décide de quitter son couvent pour se consacrer à sa carrière musicale, qui ne décollera pas. Entre-temps, Jeanne Deckers partage sa vie avec son amie, Annie Pécher.

En 1974, l’ex-religieuse rencontre des problèmes avec le ministère des Finances, qui lui réclame des impôts sur la fortune que le titre ‘Dominique’ aurait dû lui rapporter. Mais les gains, selon le contrat signé, ont été perçus par son couvent. En 1982, son centre pour enfants autistes, qu’elle avait fondé avec Annie Pécher, est déclaré en faillite.

Elle essaye ensuite de relancer sa carrière musicale en enregistrant une version remixée de ‘Dominique’, qui ne rencontre pas le succès espéré. Tombées dans la dépression, Jeanne Deckers et son amie Annie Pécher se suicident ensemble le 29/03/1985. Elles sont inhumées dans une tombe commune au cimetière de Wavre.