BELGIQUE

Net recul de la consommation d’antibiotiques dans l’élevage belge

Net recul de la consommation d’antibiotiques dans l’élevage belge

- heymans

La consommation d’antibiotiques vétérinaires a chuté de près de 13% ces dernières années en Belgique, rappelle jeudi la Fédération wallonne de l’Agriculture, alors qu’une étude internationale, menée entre autres par l’Université libre de Bruxelles (ULB), prédit que l’utilisation globale des antibiotiques dans l’élevage devrait augmenter de 67% d’ici à 2030.

En Belgique, la vente d’antibiotiques vétérinaires, toutes espèces animales confondues, a reculé de 12,7% entre 2011 et 2013, selon les chiffres les plus récents communiqués par l’ASBL Amcra, centre de connaissance de l’utilisation et des résistances aux antibiotiques chez les animaux.

«Il s’agit d’une descente vertigineuse, qui s’inscrit dans une tendance européenne», commente Ana Granados, conseillère au service d’études de la FWA. «L’objectif est de réduire de moitié la consommation d’antibiotiques vétérinaires d’ici 2020, en Belgique comme en Europe.»

La Fédération wallonne de l’Agriculture attribue les bons résultats belges à l’abandon de mauvaises pratiques, de longue date, tant par les agriculteurs que par les vétérinaires, ainsi qu’aux règles interdisant l’usage de certains produits.

«Nous encourageons d’ailleurs à consommer des produits européens et belges, de sorte à soutenir les producteurs et leurs efforts, notamment financiers, dans cette voie», conclut Mme Granados.

D’ici 2030, le recours aux antibiotiques dans l’élevage devrait augmenter de 67% dans le monde, selon une étude internationale à laquelle a notamment participé l’Université libre de Bruxelles (ULB). Cette tendance globale est essentiellement tirée par cinq pays, à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud (Brics), représentant à eux seuls une augmentation de près de 99% de la consommation d’antibiotiques.