Molenbeek signe une convention d'occupation du stade Machtens avec le White Star

Devant plus de 150 supporters du club de football RWDM, la convention d'occupation du stade Edmond Machtens entre la commune et le club White Star Bruxelles a été adoptée, mercredi soir, lors du conseil communal de Molenbeek-Saint-Jean, pratiquement à majorité contre opposition, avec 22 voix pour, 14 contre et 2 abstentions.

La demande de report de l'opposition a été rejetée, mais la convention signée pour 9 ans a toutefois été amendée par la majorité. Par cet amendement, la commune s'engage à évaluer le projet de relance pérenne du RWDM en fonction des garanties sportives, règlementaires et financières. Si l'évaluation est positive, elle se réserve le droit de négocier les modalités de la cohabitation et de répartition des frais.

La bourgmestre Françoise Schepmans souligne que le RWDM reste le club de coeur de Molenbeek et que cette convention n'empêche pas son retour une fois son projet consolidé: "Nous ne pouvions pas bloquer la convention avec le White Star parce que les supporters du RWDM ont présenté une proposition il y a 10 jours. Il y a la reprise de l'école des jeunes en jeu". Le White Star a rempli durant cette première année au stade toutes les conditions établies par sa convention d'occupation précaire.

Hué à ses prises de parole comme dans un stade de foot, l'échevin des Sports Ahmed El Khannouss a essayé de sortir de cette ambiance émotionnelle pour revenir sur le terrain de la raison. Il a rappelé les difficultés rencontrées avec le FC Brussels jusqu'à sa faillite en juin dernier sous le nom RWDM pour justifier d'établir une convention fixant des règles: "On ne pouvait pas continuer à fonctionner d'une manière anarchique. (...) On sait très bien que le monde du football vit des moments difficiles, plus particulièrement dans la deuxième division, mais ce n'est pas notre rôle en tant que pouvoir public de s'engager à ce niveau", a-t-il conclu.