Crash de l’A320 de Germanwings: une équipe de foot suédoise sauvée par un changement de plans

Crash de l’A320 de Germanwings: une équipe de foot suédoise sauvée par un changement de plans

Les joueurs et l’encadrement ont finalement renoncé à ce vol à cause d’une correspondance trop longue à Düsseldorf en Allemagne. Reporters/DPA

Une équipe de football suédoise de 3e division qui avait prévu de prendre le vol Barcelone-Düsseldorf, accidenté ce mardi dans les Alpes françaises, a révélé avoir été sauvée de la mort en changeant de plans au dernier moment.

Cette équipe, le Dalkurd FF de Borlänge, avait d’abord eu l’intention de rentrer sur le vol de la compagnie Germanwings pour regagner la Suède après un stage en Catalogne. Mais arrivés à l’aéroport de Barcelone, les joueurs et l’encadrement ont finalement renoncé à ce vol à cause d’une correspondance trop longue à Düsseldorf en Allemagne. Ils ont alors décidé de prendre les dernières places disponibles sur trois vols différents qui les faisaient passer par Zurich et Munich.

«À tous ceux qui ont essayé de nous contacter ces dernières heures nous sommes à la maison et nous allons bien. C’était un autre avion. Qu’ils reposent en paix», a écrit sur Twitter le gardien de but Frank Pettersson.

Le directeur sportif Adil Kizil a raconté au quotidien Aftonbladet qu’il s’en était fallu de peu: «On aurait effectivement dû prendre cet avion» qui s’est écrasé, tuant tous ses passagers.

«Il y avait quatre avions qui sont partis vers cette heure-là et qui se sont envolés vers le nord en passant au-dessus des Alpes. Quatre avions et nous avions des joueurs dans trois d’entre eux. On peut dire qu’on a eu vraiment, vraiment beaucoup de chance», a-t-il affirmé.

Le Dalkurd FF est le club de la communauté kurde de Suède, suivi par des supporters de la diaspora kurde dans le monde entier.

De nombreux Allemands et Espagnols, mais également » au moins un Belge», figuraient parmi les 150 personnes à bord, y compris les membres d’équipage, de cet avion de la compagnie low cost Germanwings, filiale de Lufthansa, qui s’est écrasé pour une raison encore inconnue mardi matin dans les Alpes-de-Haute-Provence.