SOLIDARITÉ

« Tous les villages voisins se mobilisent »

« Tous les villages voisins se mobilisent »

Le petit village de Seyne-les-Alpes, dans la vallée de la Blanche, a perdu sa quiétude depuis le crash de l'A320 mardi. EdA - C. Mar

Le village de Seyne-les-Alpes s’organise peu à peu pour accueillir les secours et les familles des victimes. Témoignage du maire voisin.

«Tout le monde est sous le choc ici: 150 personnes sont mortes dans un endroit qui est un lieu de plaisir, là où on fait de la randonnée et du ski, c’est terrible!» Michel Grambert est le maire de Selonnet-Chabanon, commune distante de 5 km de Seyne-les-Alpes. Comme tous ses collègues voisins, il est sur place. «C’est la solidarité de la Communauté des Communes, nous dit-il, à peine audible derrière le fracas des hélicoptères qui survolent sans cesse la localité. On participe à la mise en place de la logistique.» Il est venu avec tables, chaises, tentes, matériel électrique. Des agents techniques de sa mairie sont également mobilisés.

À Seyne, toutes les collectivités sont monopolisées et le gymnase a été aménagé pour accueillir les secours et les familles. «On a essayé de rendre l'endroit accueillant, précise Michel Grambert. Avec des fleurs et des drapeaux. On a installé des tables où les familles pourront rencontrer les psychologues.» Des interprètes ont également été dépêchés sur place.

«Un gros boum»

Dans le hameau de Blégiers, attaché à la commune de Prads , des témoins disent avoir vu voler l’avion à très basse altitude. «Puis ils ont entendu un gros boum, mais c’était derrière la montagne, dans les pâturages du Vernet, et ils n’ont rien vu d’autre.»

À Seyne, le balai des personnalités ne fait que commencer. Avant celui de la douleur des familles des victimes, attendues sur place dans les prochaines heures.