BELGIQUE

Affaire Kubla : les 2 dirigeants du groupe Duferco placés sous mandat pour corruption

Affaire Kubla : les 2 dirigeants du groupe Duferco placés sous mandat pour corruption

Antonio Gozzi (en photo) et Massimo Croci, respectivement président et directeur général (managing director) du groupe Duferco, ont été inculpés de corruption comme auteur ou co-auteur dans le cadre de l’affaire Kubla. AFP

Arrêtés hier, le président et le directeur général de Duferco, ont été inculpés et placés sous mandat d’arrêt dans le cadre de l’affaire Kubla.

Antonio Gozzi et Massimo Croci, respectivement président et directeur général (managing director) du groupe Duferco, ont été arrêtés ce lundi par le juge d’instruction Michel Claise dans le cadre de l’affaire Kubla pour des supposés faits de corruption en République démocratique du Congo. Ils ont été inculpés de corruption comme auteur ou co-auteur. Les deux hommes ont été placés sous mandat en raison d’un risque possible de collusion, a indiqué ce mardi le parquet fédéral.

À travers un communiqué diffusé lundi, le groupe Duferco a dit déplorer cette privation de liberté «alors que Messieurs Gozzi et Croci sont spécialement venus d’Italie à Bruxelles pour répondre à l’invitation du juge d’instruction». «Cette manière de procéder ne peut s’analyser que comme un moyen de pression inadmissible», estime encore le groupe.

Selon la RTBF, les noms d’Antonio Gozzi et de Mauricio Croci apparaissent sur la liste des administrateurs d’une société carolorégienne en lien avec Stephan De Witte, le comptable chargé en RDC de défendre les intérêts de Duferco. Antonio Gozzi serait aussi une relation privilégiée de Serge Kubla.

Pour rappel, l’ex-bourgmestre de Waterloo et ancien ministre wallon de l’Economie a été inculpé par la justice bruxelloise, en février dernier, pour des faits de corruption. Serge Kubla est suspecté d’avoir servi d’intermédiaire pour Duferco alors que, selon l’enquête, le groupe industriel tentait de favoriser des investissements dans le secteur du jeu et des loteries en corrompant des agents publics congolais.