TÉLÉVISION

Le casting de Masterchef est bidon, dénonce un Namurois

Le casting de Masterchef est bidon, dénonce un Namurois

300 candidats avaient préparé un plat pour le jury. Celui-ci n’en a même pas goûté la moitié, dit le candidat belge déçu. TF1

Un Namurois a participé cette semaine au casting de MasterChef 2015. Il dénonce «une supercherie» car les 30 sélectionnés l’étaient par avance.

Il n’est pas cuisinier professionnel, mais être aux fourneaux est une passion. Participer à l’émission de TF1, MasterChef aurait été un défi et, qui sait, peut-être l’opportunité d’aller plus loin ensuite dans le métier de cuistot.

Mais le rêve d’Olivier Désirant ne se réalisera pas. Il n’avait d’ailleurs aucune chance de se réaliser, affirme aujourd’hui le Namurois qui vient de participer au casting en vue de l’émission 2015. Car tout était truqué, dit-il…

«C’était une supercherie!»

Le casting a eu lieu mardi, à Marseille. «Nous étions 300 candidats, dont une dizaine de Belges, raconte Olivier Désirant. Nous avions dû préparer un plat froid à l’avance et nous avions une demi-heure pour le dresser avant que le jury ne vienne le goûter. »

Mais voilà, les trois chefs flanqués chacun de dix assistants goûteurs ne sont jamais venus jusqu’à la table du Namurois…

«Il y avait dix lignes de tables et ils ne sont pas allés plus loin que la ligne numéro 4, assure le Namurois. Les 30 candidats qui devaient être sélectionnés l’ont été uniquement sur ces premières tables. Mais en réalité, ils étaient déjà sélectionnés à l’avance! »

En discutant ensuite avec certains d’entre eux, Olivier Désirant explique avoir appris que ces 30 candidats avaient déjà participé à une autre sélection à Paris où, là, ils avaient dû préparer un plat chaud pour un jury. Et ce sont ces candidats qui ont été officiellement sélectionnés à Marseille…

« Ce à quoi on a participé c’était simplement une supercherie! On était juste là pour jouer aux figurants. Si on participe à ce genre de concours c’est dans le but d’avoir au moins une chance. Mais si on ne goûte même pas notre plat…»

Ils cherchent des profils, pas les meilleurs cuisiniers

Même si le logement à Marseille était pris en charge par la production de l’émission, Olivier Désirant regrette d’avoir perdu son temps et aussi de l’argent en faisant deux fois mille kilomètres pour se rendre et revenir de la cité phocéenne.

Et il est d’autant plus amer qu’il a compris que, dès avant le casting, il n’avait aucune chance d’être repris.

«En fait, en discutant avec d’autres candidats et en voyant qui a été sélectionné, je me rends compte qu’ils cherchent des profils, pas forcément les meilleurs cuisiniers, analyse le candidat déçu qui a écrit à la production pour avoir une explication. Il y a par exemple des jumeaux qui se présentaient: tous les deux ont été sélectionnés. Je ne dis pas que ce sont de mauvais cuisiniers, mais je crois quand même que c’est d’abord pour ce profil spécial qu’ils ont été retenus. »