POLITIQUE

Fin du Thalys wallon: «Un impact désastreux pour nos entreprises wallonnes»

Fin du Thalys wallon: «Un impact désastreux pour nos entreprises wallonnes»

- BELGA

La décision du gouvernement fédéral, avec le MR comme seul parti francophone, de mettre fin à la liaison Thalys entre la Wallonie et Paris ne plaît pas aux partis d’opposition de notre côté de la frontière linguistique.

Le gouvernement fédéral a confirmé ce vendredi en comité ministériel restreint sa décision de suspendre les deux lignes de Thalys jugées non rentables, celle d’Ostende et celle reliant Paris au départ de Liège, en passant par Namur, Charleroi et Mons.

La cheffe de groupe cdH à la Chambre, Catherine Fonck, a dénoncé cette décision. Elle demande à la ministre de la Mobilité, Jacqueline Galant, de prendre d’urgence des mesures de rechange pour offrir des conditions de transport équivalentes au Thalys. «Après la mise en oeuvre catastrophique du plan de transport de la SNCB, le gouvernement entend-il maintenant couper la Wallonie des grands réseaux internationaux de transport et asphyxier son développement économique», s’est-elle demandé dans un communiqué.

La Fédération PS de Charleroi a déploré la décision. Elle dit s’interroger «sérieusement sur ce que fait le seul parti francophone du gouvernement fédéral (entendez le MR) à l’heure où les intérêts de la Région wallonne sont à ce point menacés». «A l’heure où d’importants efforts sont consentis dans le cadre du plan Marshall 4.0, l’impact d’une telle mesure sera tout simplement désastreux pour nos entreprises wallonnes», soulignent les socialistes.

De son côté, le groupe PS du parlement wallon a annoncé le dépôt d’une résolution sur le sujet.

«Politique du gaufrier»

«Jacqueline Galant, semble penser que le Thalys wallon est un train fantôme. Or, son taux d’occupation dépasse 50%. Ecolo s’oppose dès lors à la suppression du Thalys wallon utilisé par les voyageurs de Liège et surtout Namur, Charleroi et Mons. Je rappelle que cette liaison fait partie d’un accord historique intervenu lors de la définition du réseau Thalys et qu’elle devait par ailleurs compenser la suppression des lignes régulières entre les villes wallonnes et Paris», fait remarquer le député wallon Stéphane Hazée (Ecolo).

Ce dernier pointe du doigt le retour de la «politique du gaufrier» en matière d’investissements publics et demande au gouvernement wallon de saisir le comité de concertation. «Equilibre communautaire oblige, la dorsale wallonne sera la victime collatérale de la suppression du Thalys fantôme entre Ostende et Bruxelles», regrette-t-il.

Galant répond: «Démagogie!»

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a dénoncé la tournure «démagogique» de ces réactions. Confirmant la suspension des lignes pour des raisons économiques, elle a rappelé son ambition d’aboutir à un «plan d’efficience» attendu pour le début du mois d’avril. Il s’agira notamment d’étudier la rentabilité de ces lignes, a indiqué son cabinet. «Il faut savoir qu’on parle d’une connexion par jour; 40 passagers montent à Namur, 40 autres à Charleroi, et encore 40 à Mons», a souligné la porte-parole de la ministre MR.


Nos dernières videos