JUDICIAIRE

Serge Kubla en liberté sous conditions

Serge Kubla en liberté sous conditions

Serge Kubla a été remis en liberté. Mais notamment sous la condition de rester à disposition de la Justice. BELGA

Comme annoncé hier, l’ancien ministre a offert une très franche collaboration à l’enquête, concernant les figures de proue du dossier. Le rôle périphérique de Serge Kubla ne justifiait dès lors plus sa détention.

Comme le pressentait déjà, mercredi soir, l’un de ses avocats, Me Roland Forestini, Serge Kubla, 67 ans, a pu quitter la maison d’arrêt de Saint-Gilles, hier après-midi. Il y a bien eu un «contrat judiciaire» entre l’inculpé et le juge d’instruction, Michel Claise. Le sexagénaire et sa défense, renforcée par l’arrivée de Me Denis Bosquet, avaient annoncé qu’ils joueraient franc jeu, en répondant à toutes les questions, tout en campant résolument la même position: le bourgmestre de Waterloo est intervenu comme intermédiaire de Duferco auprès des autorités congolaises et il a remis une enveloppe de 20 000 euros, dans le cadre d’un marché qui lui paraît légal.

La cellule d’enquête ayant eu plus de 48 heures pour baliser le flot de déclarations de M. Kubla, qui a beaucoup parlé, et sachant que le rôle du juge d’instruction est d’instruire à charge et à décharge, le mandat d’arrêt ne se justifiait plus. En effet, M. Claise a entendu les arguments du parquet fédéral à propos d’un vaste mécanisme de corruption, via notamment des sociétés offshore, et ceux de l’inculpé qui n’est pas la figure de proue du dossier. L’ancien député ne peut communiquer avec les autres suspects et doit rester à la disposition des autorités. Ce sont les conditions mises à sa libération.