ENSEIGNEMENT

Les jours blancs deviennent… verts

Les jours blancs deviennent… verts

Fini de «glander» en fin d’année… EDA – Jacques DUCHATEAU

Le ministre Di Antonio veut transformer l’oisiveté de fin d’année scolaire en éducation à l’environnement.

Les «jours blancs» sont les périodes de 3 ou 4 jours (pour ne pas dire une semaine…) qui correspondent, à la fin des examens (en décembre et en juin) pour les étudiants de secondaire, et aux délibés.

Période d’oisiveté que le politique a bien du mal à combler malgré de nombreux palabres depuis des années.

Il semble cependant que, cette fois, une solution partielle pour combler les jours blancs ait été dégagée… par le gouvernement wallon. Un comble puisque c’est théoriquement à la Fédération Wallonie-Bruxelles qu’est gérée la compétence de l’Enseignement.

L’idée émane du ministre de l’Environnement, Carlo Di Antonio.

Le but est de proposer aux étudiants «glandeurs» des animations de sensibilisation, des visites, des promenades didactiques, des activités ludique sur plusieurs thématiques dont l’éducation à l’environnement.

D’autres secteurs ont prévu de s’y associer (Mobilité, Nature, Sport, Sécurité routière…) explique-t-on au Cabinet du ministre.

«Les associations qui poursuivent principalement des missions pédagogiques seront particulièrement visées explique Di Antonio.

« Elles ont déjà l’habitude de se mobiliser pendant l’année autour d’activités pédagogiques en environnement, développement durable… Ce sera, en quelque sorte, la dernière mission de l’année scolaire.

Ces animations auront lieu au départ des établissements scolaires, sur le terrain ou encore au siège des associations concernées, pendant des modules de 2h-2h30 à raison de quatre activités pédagogiques pendant les jours blancs.

Une circulaire ministérielle conjointe avec la Ministre de l’Enseignement obligatoire sera envoyée aux écoles secondaires en avril prochain avec le listing des associations concernées.

Celui-ci devrait être prochainement dressé.