À Arlon, gros centre scolaire, les écoles ont mené un sondage: sur 1 100 élèves qui utilisent le train, 750 disent perdre du temps avec les nouveaux horaires.

Une demi-heure le matin et autant le soir en moyenne, mais d’autres perdent bien plus de temps encore. Soit les élèves passent beaucoup plus de temps dans les gares, soit les parents ont dû s’arranger pour mettre en place du covoiturage, déplore la directrice de l’institut Sainte-Marie, Michèle Majérus. Car impossible d’aménager les horaires scolaires: y toucher d’un côté aurait un impact d’un autre côté, notamment pour les élèves qui utilisent le bus. La ministre fédérale de la Mobilité, qui s’est rendue à Arlon il y a une semaine propose que le TEC adapte ses horaires. Plus vite dit que fait… Jacqueline Galant assure aussi que la situation se régularisera dès la fin des travaux… fin 2016 au mieux. «D’ici là, je crains que cela joue sur les choix d’école, note Michèle Majérus. À un moment donné, les parents regarderont plus les moyens de transport que le projet pédagogique. C’est dommage…»

Nos dernières videos