TROOZ -

Le chocolatier Benoît Nihant s’agrandit et déménage à Awans

Benoît Nihant s'agrandit et déménage à Awans. Benoît Nihant

Il est bien loin le temps où Benoît Nihant faisait du chocolat dans le garage de son papa. Depuis cet artisan chocolatier ne cesse de se développer. Il quittera d’ailleurs bientôt Trooz pour Awans.

Ingénieur commercial de formation, rien ne prédestinait Benoît Nihant à devenir l’artisan chocolatier qu’il est devenu aujourd’hui. C’est en 2005, qu’il plaque son boulot, pour vivre de sa passion: le chocolat. Si ses premières recettes ont été concoctées dans le garage de son papa, aujourd’hui la réputation du Liégeois, originaire d’Embourg, n’est plus à faire.

Cacaofévier

Son succès, le chocolatier le doit sans nul doute à son concept inédit. Alors que la plupart des chocolatiers utilisent un chocolat «tout prêt» (ndlr: généralement réalisé par de grosses entreprises inductrielles type Callebaut) pour fabriquer leurs pralines, Benoît Nihant, lui, fabrique lui-même son chocolat en sélectionnant les fèves directement sur place chez le producteur, qu’il torréfie ensuite en Belgique dans son atelier de Trooz.

On l’a compris, ici, on parle d’orfèvrerie, de haute-couture «chocolatière». Pour la petite histoire, ils ne sont d’ailleurs dans le monde qu’une quinzaine à faire partie de ce cercle très fermé des cacaoféviers.

On comprend dès lors pourquoi, on retrouve les chocolats de Benoît et de son épouse Anne sur les plus grandes tables étoilées du pays comme le «Comme chez Soi» ou «La Villa Lorraine». Mais depuis quelques années sa réputation a même franchi nos frontières, le chocolatier est en effet très présent en Asie où il possède 7 boutiques.

«Cela fait plusieurs années que nous sommes présents en Asie. Si c’est très agréable, c’est un investissement car nous sommes en contact perpétuel avec notre partenaire. » confie Benoît qui revient tout juste du salon du chocolat de Tokyo.

«Les Japonais sont amateurs de chocolats raffinés et nous avons un partenaire qui nous représente bien là-bas.

Un déménagement

Mais l’homme ne se repose sur ses acquis, il a décidé de développer un peu plus ses activités. Au printemps prochain, il quittera son «petit atelier» de Trooz avec ses 14 employés pour investir un nouveau bâtiment à Awans, non loin de la célèbre enseigne de meubles suédoises.

« Cela faisait deux ans que nous étions à l’étroit à Trooz. Le permis d’urbanisme a été délivré et les travaux ont commencé. On espère investir les lieux début d’été. Nous allons passer de 450 m2 à 1300 m2 soit trois fois la surface actuelle. »

Nul doute que l’Embouriens aura quand même un pincement au cœur de quitter sa région natale mais le choix d’Awans était bien plus qu’un choix de confort . «Contrairement aux 3 ateliers précédents, ici, il s’agit d’un bâtiment fait sur mesure. Il s’adapte à nos besoins. Par exemple, grâce à ce déménagement, je pourrai installer de nouvelles machines comme notamment un broyeur du 19 ème siècle qui est stocké, depuis 2 ans, chez un ami carrossier. Avec sa taille mais surtout son poids, c’était impossible de l’installer à Trooz. De plus l’accessibilité de l’E 40 depuis Awans rendra plus facile les trajets vers Bruxelles où nous possédons des magasins.»

Garder la maîtrise de la production

Ce déménagement ira-t-il de paire avec des engagements ? «Sans doute, mais notre priorité est de garantir la qualité de nos produits. Et le développement ne se fera pas au détriment de la fabrication artisanale. Notre palais sera toujours l’ultime test final.»

Si vous désirez l’univers de Benoît Nihant, il sera au salon du chocolat à Bruxelles ce week-end. Il animera le samedi une conférence autour du thème: «Etre cacaofévier: de la relation avec le planteur à la tablette de chocolat.»

Plus d’infos: http://www.benoitnihant.be/