Médiation familiale : comment et pourquoi ?

Véritable moyen de règlement des conflits, la médiation familiale a pour but de réunir les différents membres d’une famille en désaccord et de les aider à communiquer.

Attention: pour Jean-Luc Rousseau, médiateur familial agréé, «il ne faut pas confondre la médiation familiale avec une thérapie. Ici, ce n’est pas du long terme. Nous ne discutons pas non plus de traumatismes passés ou d’éventuels troubles survenus pendant l’enfance.»

L’idée est donc d’optimiser la communication entre les parties, puis d’aboutir à des accords. «Il est primordial d’éviter les pièges de la communication, qui peuvent conduire à des quiproquos ou à de nombreux malentendus», ajoute M. Rousseau.

Les séances de médiation, qui durent généralement une heure et demie, permettent donc aux parties de décider d’une solution qui est ensuite homologuée par le tribunal. En aucun cas, l’accord ne doit venir du médiateur lui-même. «En tant que médiateurs, nous suivons le rythme des gens, qui ont un vrai pouvoir de décision », précise Annette Bridoux de l’Association pour la médiation familiale.

Il est nécessaire que toutes les parties soient d’accord pour participer à une séance.

«C’est un véritable travail de profondeur, qui laisse les gens s’exprimer sur leurs réels besoins. À l’AMF, nous proposons d’ailleurs des formations spécifiques en médiation familiale .»

Si la permanence est gratuite, les séances suivantes sont payantes. Elles peuvent parfois, selon les cas, être dédommagées grâce à l’assistance judiciaire.