SOCIETE

Chômage: « On se sucre encore sur le dos des femmes pour faire des économies »

Suite de notre dossier sur les chômeurs, les parasites. Ce mercredi, on s'interroge sur le thème "les femmes sont-elles des chômeurs comme les autres?". La précarité, les petits contrats les concernent plus. Elles sont en première ligne de l'exclusion. Donnez-nous votre avis.

+ NOTRE DOCUMENTAIRE "LES PARASITES"

+ ECLAIRAGE | Pourquoi tant de femmes exclues?

« Après avoir travaillé autant de temps bénévolement dans le social, c’est me dire que je n’ai plus droit aux mêmes droits que les autres, que tout ce que j’ai fait dans ma vie, c’était rien du tout, de la merde, que c’était inutile». Cette décision gouvernementale de supprimer l’allocation de chômage à des milliers de demandeurs d’emploi, , ils la prennent comme une véritable claque, comme une punition.

Certains semblent d’ailleurs ne pas avoir pris la mesure du risque de perdre leurs allocations de chômage au début 2015. Alors que, pourtant, la décision avait été annoncée dans les temps. Que les syndicats l’avaient dénoncée il y a de nombreux mois déjà, sans pour autant parvenir à la faire ramener.

«J’ai l’ai apprise tout à fait par hasard à la fin 2012 en allant me renseigner auprès du syndicat afin de savoir si j’étais concernée par la réduction des allocations de chômage. On m’a dit qu’elle ne me toucherait pas, parce que j’étais déjà au minimum, mais que par contre que j’allais en être exclue au 1er janvier 2015», se souvient une intervenante.

Mais cette annonce n’a eu aucun effet: «J’étais assez sciée, je n’ai même pas su réagir, tant je ne m’attendais pas à cela!».

«C’est seulement maintenant que je prends conscience» de la situation, avoue un autre témoin. « Je commence à être révolté, parce que c’est maintenant que je réalise , en voyant le temps qui passe».

Les femmes, cœur de cible

Et cette punition qui leur tombe dessus, cette témoin en est sûre, touchera particulièrement les femmes.

«C’est une injustice incroyable, surtout pour les femmes. Dans les 35 000 qui vont se faire virer du chômage, je mets ma main au feu que ce seront majoritairement des femmes qui ont le statut de cohabitante. On est encore en train de se sucrer sur le dos des femmes pour faire des économies».

Car après tout pourquoi sanctionner quand on ne trouve pas de boulot?

«Parfois, je ne trouve pas de travail. Alors de quoi je vais vivre le jour où je n’ai pas d’emploi pendant deux, trois six mois?» dit cette dame «Et puis je suis inquiète pour l’avenir. J’ai beaucoup travaillé avec des enfants défavorisés. Qui va maintenant accepter de travailler dans ces secteurs-là? Qui acceptera de travailler à mi-temps puisqu’on est pénalisé quand on travaille à temps partiel?»

Dernier témoignage révélateur qui résume le sentiment de vivre en absurdie des demandeurs d’emploi:

«Ce n’est pas cohérent. Et ce qui n’est pas cohérent n’est pas sain. ».

+ NOTRE DOCUMENTAIRE "LES PARASITES"