STANDARD

Tifo polémique: «Il y a incitation à la haine», affirme la cellule foot du ministère de l'intérieur

Tifo polémique: «Il y a incitation à la haine», affirme la cellule foot du ministère de l'intérieur

Le tifo sur Defour au Standard ne passe pas aux yeux de Louis Derwa, avocat spécialisé dans le sport. BELGA

La cellule football du ministère de l’Intérieur estime qu’il y a bel et bien incitation à la haine à travers la banderole. Et va poursuivre les auteurs.

Les supporters qui ont pensé le tifo sont-ils allés trop loin? Pour le ministère de l’Intérieur, la réponse est «oui». Comme souvent ces derniers temps, la cellule football voit un nouveau dossier sensible atterrir sur son bureau. Cathy Van Den Berghe, directrice faisant fonction depuis le récent décès de Jo Vanhecke, n’a pas hésité longtemps avant de poursuivre les auteurs du tifo. «De notre côté, c’est clair: ce qui a été montré est un message incitant à la haine et à l’emportement, explique-t-elle. On est au-delà de la liberté d’expression. Tout est question de contexte. La banderole vue la saison passée (NDLR: avec le personnage d’Al Pacino, dans «Scarface», une mitraillette au poing), contre Anderlecht était déjà limite. Mais ici, le fait qu’il s’agisse d’un joueur que l’on peut identifier, à côté d’un personnage d’un film qui est interdit à une certaine tranche d’âge, rend ce tifo inacceptable. Notre cellule défend l’idée que le football doit être festif et familial.»

Le ministère attend donc les PV de la police de Liège pour sanctionner administrativement les auteurs. Mais qui? Car on imagine mal tous les spectateurs qui ont déployé le tifo se retrouver convoqués puisque seule une infime partie de la tribune savait ce que représentait réellement le dessin de la toile géante. «Bien sûr, répond Cathy Van Den Berghe, c’est délicat puisqu’il ne s’agit pas de la banderole annoncée. Ce sera pris en considération. Puis, si une personne qui voit un PV être dressé contre elle n’est pas d’accord, elle peut toujours se défendre

«Il y aura une réunion (ce samedi) avec la Ville de Liège, le club, les services de sécurité, la fédération des supporters et la Famille des Rouches. Sur base des éléments qui en sortiront, la police dressera des PV», poursuit Cathy Van den Bergh.

Les auteurs des faits risquent une sanction administrative allant de 250 à 5 000€ ainsi qu’une interdiction de stade de trois mois à cinq ans. La décision doit être rendue par le service Direction générale sécurité et prévention dans les six mois.

Également sanctionner les jets de pétards et de sièges

La directrice ne compte par ailleurs pas en rester là puisque d’autres faits ont émaillé la rencontre: «On compte également sanctionner les auteurs de jets d’objets et de pétards (NDLR: une dizaine ont été envoyés en direction de Silvio Proto à l’échauffement), dans les deux camps puisque des gens, du côté d’Anderlecht, ont également arraché et lancé des sièges. Plus globalement, on veut faire passer un message: cette rencontre suscite désormais systématiquement du remue-ménage et cela commence à bien faire

Pro League

Classement
# MJ V D N B P
1 FC Bruges 18 14 1 3 41/7 45
2 Antwerp 19 11 4 4 38/24 37
3 La Gantoise 19 10 4 5 38/22 35
4 Standard 19 10 4 5 36/20 35
5 Charleroi 18 10 3 5 29/16 35
6 Zulte-Waregem 19 9 6 4 31/22 31
7 KRC Genk 19 8 7 4 30/27 28
8 FC Malines 19 8 7 4 28/30 28
9 Mouscron 19 6 5 8 27/25 26
10 Anderlecht 19 5 6 8 22/22 23
11 St-Trond 19 6 9 4 21/36 22
12 Eupen 19 5 10 4 15/30 19
13 Ostende 19 5 11 3 22/35 18
14 Courtrai 19 4 11 4 25/33 16
15 Waasland-B. 19 2 12 5 15/41 11
16 Cercle Bruges 19 2 15 2 16/44 8