PRO LEAGUE

Steven Defour: «Je n’ai rien entendu !»

Steven Defour: «Je n’ai rien entendu !»

Steven Defour assure qu’il n’a pas entendu le coup de sifflet de M. Boucaut. Son exclusion a fait basculer le match. BELGA

Steven Defour ne faisait pas partie des rares Anderlechtois désignés par le Sporting pour parler à la presse, dimanche, en fin d’après-midi, mais il a malgré tout tenu à donner sa version des faits aux médias.

«L’arbitre m’a dit qu’il avait sifflé avant que je dégage le ballon dans la tribune mais je n’ai rien entendu!, assurait le milieu de terrain anderlechtois. Comment aurais-je pu entendre quoi que ce soit alors qu’il y avait des milliers de sifflets à chacune de mes touches de balle? J’ai mis la balle en touche par fair-play, tout simplement, parce que Milec était au sol.»

Maxime Colin, comme tout le clan mauve, prenait la défense de l’ex-capitaine des Rouches. «Sur le terrain, nous n’avons strictement rien entendu!, assurait le back droit français. Comment aurait-il pu en être autrement alors que 25 000 personnes sifflaient à chaque intervention de Steven?»

Steven Defour et ses équipiers ont beau plaider non coupables, le Diable rouge ne s’en est pas moins excusé dans le vestiaire (et via les réseaux sociaux). «C’était sympa de sa part mais il n’y avait pas lieu de s’excuser», estimait Colin.

«Peut-on rire de tout? Non puisqu’on a perdu…»

Quoi qu’il en soit, Anderlecht a été pénalisé dimanche et il le sera à nouveau dans une semaine puisque Steven Defour sera suspendu pour la réception de Zulte-Waregem au parc Astrid.

«Cette exclusion nous a déstabilisés et nous fera encore mal dimanche prochain puisque nous comptons près de dix absents dont six à sept titulaires, déplore Colin. Mais, au même titre que l’état lamentable de la pelouse, tout cela ne peut pas nous servir d’excuse. Personnellement, je m’en veux car j’arrive trop court sur le but de Ciman. Je commets une erreur.»

Guère choqué par le Tifo controversé des fans liégeois, Maxime Colin regrettait par contre d’autres comportements violents. «Les jets de siège (NDLR: envoyés par des supporters d’Anderlecht) et de projectiles, comme ceux lancés sur Silvio (Proto), ça c’est dangereux et inacceptable.»

«Steven était plus concentré que d’habitude mais on a bien rigolé de ce tifo avec lui en montant sur le terrain, avouait son grand ami N’Sakala après coup. On a aussi bien ri de toutes les banderoles croisées sur l’autoroute durant le trajet aller. Peut-on rire de tout? Non puisqu’on a perdu…»