FOOTBALL

Standard – Anderlecht dimanche: les cinq choses à savoir sur ce clasico

Standard – Anderlecht dimanche: les cinq choses à savoir sur ce clasico

Belga

Vous n’y échapperez pas: le grand classique du football belge sera sur toutes les lèvres des amateurs de ballon rond dimanche. On éclaire votre lanterne pour ne pas être largué lors du repas familial hebdomadaire.

1. Forme du moment: léger avantage aux Mauves

Ivan Vukomanovic, le coach du Standard avait débuté son ère à la tête des Rouches par une belle victoire 0-2 chez le rival anderlechtois. Depuis lors, le club liégeois a gagné six matches, engrangeant 19 points sur 30 qui lui ont permis de revenir aux portes du Top 6. Bilan quasi similaire pour le Sporting qui a enregistré le même nombre de victoires en championnat pour un total de 20 points sur 30. Les Mauves ont au passage dû céder leur première place. Mais depuis la fin de leur aventure en Champions League, ils ont bien redressé la tête avec cinq succès consécutifs en incluant celui en Coupe mardi.

Depuis le retour des stages hivernaux en Espagne, le Standard a péniblement ramené un point de Westerlo tandis qu'Anderlecht empilait les buts contre le Lierse 3-0 puis Zulte Waregem (4-2). A tel point que l'absence pour suspension de son meilleur buteur, Aleksandar Mitrovic, passerait presque inaperçue...

2. Historique : avantage Standard

Depuis 2008 et son premier sacre national en 25 ans, le Standard a clairement pris l'ascendant sur Anderlecht à Sclessin. En douze confrontations, les Rouches se sont imposés à sept reprises pour seulement deux défaites, marquant 17 buts contre 10 pour les Mauves. Les Liégeois n'ont plus perdu face aux Bruxellois à Sclessin depuis février 2012, soit cinq matches!

3. Le retour de l’ex-icône

Ce sera l'homme à suivre. Steven Defour sera au centre de toutes les attentions pour son premier retour à Sclessin sous la vareuse anderlechtoise. Les supporters liégeois peuvent être rancuniers et leur ancien capitaine emblématique risque de le sentir passer. Peut-être plus encore que les autres champions devenus "Judas" avant lui: Mbokani, Jovanovic ou Cyriac. Ce dernier a d'ailleurs confié que Defour "dit qu’il s’en fout mais il y pense. Je lui ai conseillé de ne pas tirer les coups de coin dimanche. Ce serait probablement trop dangereux."

Outre une bronca qui s'annonce mémorable, des actions telles que des lancers sur la pelouse d'anciennes vareuses rouches floquées à son nom ont notamment été évoquées.

4. Le départ du chouchou

Comme un contraste cinglant avec le traitement infligé à Defour, les supporters liégeois devraient par contre réserver un bel hommage à Laurent Ciman, qui disputera son dernier match avec le Standard avant de s'envoler à Montréal. Sclessin va perdre un de ses derniers chouchous mais son "choix du coeur", pour le bien-être de sa fille autiste, a bien été compris par les fans du Diable rouge.

5. Le mercato s'en mêle

Le climat s'annonce aussi électrique entre les dirigeants. Alors qu'Anderlecht avait un accord de principe avec Lokeren pour le transfert d'Alexander Scholz, le Standard est entré dans la danse et a fini par recruter le prometteur Danois. Au grand dam du Sporting, toujours en manque de défenseurs centraux. "Dimanche, je serrerai la main de Roland Duchâtelet tout en lui disant qu’on fera tout pour décrocher un 4e titre d’affilée", a d'ores et déjà annoncé Herman Van Holsbeeck, le manager général du club bruxellois, lors de la présentation de l'ancien champion du monde allemand Marko Marin. Ambiance.