BRUXELLES

La pétition pour le classement du Jeu de Balle remise aux Monuments et Sites

La pétition pour le classement du Jeu de Balle remise aux Monuments et Sites

Selon les pétitionnaires, la caserne de la place du Jeu de Balle demande plus d'attention. (ÉdA – Julien RENSONNET) ÉdA – Julien RENSONNET

La pétition pour le classement de la Place du Jeu de Balle a été remise aux Monuments et Sites. Elle insiste sur l’ancienne caserne et l’abri antiaérien.

En opposition au projet de construction d’un parking souterrain, l’association Pétitions-Patrimoine, en collaboration avec la plate-forme Marolles, a déposé mercredi auprès de l’administration des Monuments et Sites de la Région bruxelloise une pétition de classement comme site de l’ensemble de l’espace public de la place du Jeu de Balle, de plusieurs bâtiments qui s’y trouvent et de l’abri antiaérien situé dans son sous-sol.

Les associations dénoncent un retard important dans la politique de classement à Bruxelles. Elles déplorent notamment que l’ancienne caserne des pompiers façonnée par l’architecte Joseph Poelaert entre 1961 et 1963 ne bénéficie d’aucune protection et que l’ancien abri antiaérien aménagé au sous-sol en 1942 soit méconnu du grand public. Ce dernier est implanté sous les Ateliers du Renard, une usine de construction de locomotives démolie au moment de la création de la rue Blaes et de la place du Jeu de Balle. La plupart des abris antiaériens ont été détruits après la guerre.

+ LIRE AUSSI | «Il faut arrêter de nous faire passer pour des loqueteux»

Les associations relèvent également que la place accueille le vieux marché depuis 1873 et qu’elle a conservé un aspect proche de son état d’origine. La demande de classement concerne par ailleurs l’église paroissiale de l’Immaculée Conception édifiée entre 1852 et 1870, l’ancienne demeure du sacristain construite en 1862 et huit maisons de style néoclassique datant de 1866, qui font partie du bâti jouxtant l’église.

Quelque 350 personnes majeures domiciliées en Région bruxelloise ont signé la pétition. Conformément au code bruxellois de l’aménagement du territoire (CoBAT), seules 150 signatures sont requises pour demander au Gouvernement régional l’ouverture d’une procédure de classement.