CYCLISME

Boogerd, ancien dopé, peut exercer comme DS

La RLVB a accordé provisoirement sa licence de directeur sportif à Michael Boogerd, qui a avoué s’être dopé pendant dix ans.

Michael Boogerd, ancien coureur néerlandais, mais domicilié en Belgique, était dans l’attente d’une décision de la Royale Ligue Vélocipédique Belge (RLVB), pour pouvoir exercer sa nouvelle fonction de directeur sportif, auprès de l’équipe néerlandaise Team Roompot. La LVB a annoncé hier qu’elle lui accordait une licence provisoire «dans l’attente du résultat de l’enquête menée par l’UCI, toujours en cours». Et sans se mouiller davantage sur le pourquoi de cette décision: « Après consultation avec l’UCI la RLVB s’abstiendra de commentaires sur ce cas.»

Pour rappel, Boogerd avait avoué en mars 2013 avoir eu recours au dopage durant sa carrière et, suite à ces aveux, l’UCI avait ouvert une enquête à son sujet.

Le Néerlandais, 42 ans, qui a passé l’essentiel de sa carrière chez Rabobank, risque donc toujours d’être suspendu. «Je suis dans un tiroir et cela dure depuis un an et demi», avait expliqué le mois dernier l’ancien coureur à la NOS, la télévision des Pays-Bas.

Dix ans de tricherie

Boogerd a avoué début mars 2013 avoir eu recours au dopage de 1997 à 2007 utilisant de l’EPO, de la cortisone et des transfusions sanguines ensuite. Le Néerlandais compte à son palmarès une Amstel Gold Race en 1999, devant Lance Armstrong […] et deux étapes du Tour de France. Il avait ensuite régulièrement œuvré comme consultant à la NOS.

Partant du principe que c’est avec les anciens braconniers qu’on fait les meilleurs gardes-chasse, voilà en tout cas une décision qui soulève un beau paradoxe. Mais s’il fallait interdire aux anciens dopés d’exercer les fonctions de directeur sportif, il y aurait de nombreuses offres d’emploi…

Nos dernières videos