Handicap : de l’oxygène pour traiter l’urgence

Handicap : de l’oxygène pour traiter l’urgence

Le budget consacré à la prise en charge de ces cas d’urgence passe de 4 à 6 millions€. Dérisoire? Pas pour les familles en attente. IMAGEGLOBE

Pas de places d’accueil pour les cas de handicap lourd en situation d’urgence: 70 familles restent sur le carreau.Le ministre a la réponse.

Ça n’a l’air de rien, ces 2 millions€ qui vont revenir chaque année. Mais Maxime Prévot est radieux: «C’est le genre de décision politique qui donne humainement, du sens à ce qu’on fait…»

Le ministre wallon de l’Action sociale vient de décider d’ajouter 2 millions aux 4 millions€ que l’Awiph consacre chaque année aux demandes concernant des personnes lourdement handicapées en situation d’urgence. Une réponse pour pas mal de familles.

1. Burn out, danger… Qui sont ces «cas prioritaires en situation d’urgence»? Deux éléments: le handicap lourd (physique ou mental), aggravé par un problème aigu de prise en charge. «Soit les familles sont en burn out complet, soit il y a un risque de perte d’emploi ou d’atteinte à l’intégrité physique de la personne handicapée ou de son entourage», explique Maxime Prévot.

2. 70 familles en attente Actuellement, en Wallonie, 70 familles qui vivent cette situation cherchent une place d’accueil pour un proche lourdement handicapé. En vain. Il n’y en a pas. L’Awiph a pu répondre à 184 prises en charge de cet ordre en 2014. Pas plus.

3. D’où vient la pénurie? «Soit il n’y a pas de places dans les institutions, soit elles refusent», constate Maxime Prévot. «Elles refusent parce qu’elles ne sont pas en mesure d’encadrer ces cas lourds, parce qu’il n’y a pas d’obligation de prise en charge (et qu’elles font un peu leur “shopping”), parce qu’elles l’ont déjà fait et que ça s’est mal passé…» énumère le ministre wallon.

4. 2 millions grappillés «J’ai donné le feu vert à l’Awiph: même si l’ajustement budgétaire ne vient qu’en juin, les 70 cas en attente doivent être pris en charge maintenant. Il y aura 2 millions€ en 2015 et puis chaque année, spécifiquement dédiés à ces cas prioritaires». D’où viennent ces 2 millions€, en cette période de vaches maigres? « J’ai toiletté mes articles budgétaires: 50 000€ ici, 100 000€ là, dans des enveloppes qui n’avaient pas été consommées à 100%. Je n’ai pas pris un centime sur un autre poste. » Promis. Il n’y aura pas un rond-point de moins.