MÉDIAS -

Viré de Sudpresse pour avoir voulu débattre d’un choix de «Une»?

Viré de Sudpresse pour avoir voulu débattre d’un choix de «Une»?

La Une en question. EdA

Un journaliste de Sudpresse a «osé» ouvrir un débat en interne sur le choix de «une» qui mettait samedi la mort des terroristes en scène. Le rédacteur en chef des journaux Sudpresse souhaite licencier le «contestataire».

L'association des journalistes (AJP) est sous le choc. Elle vient d'apprendre que le rédacteur en chef des journaux Sudpresse, Michel Marteau a convoqué ce mardi matin son chef des éditions du Centre (La Louvière), Xavier Lambert. Ce dernier a vite compris pourquoi. C’était la porte. Seules les modalités du départ restent, plus ou moins, à discuter.

Moins de 48 heures après la marche historique à Paris pour la liberté d’expression. Moins d’une semaine après l’attentat atroce qui a décimé la rédaction de Charlie-Hebdo, l’affaire a de quoi faire sursauter.

Le chef d’édition sur la sellette avait estimé que la «Une » de son journal ce samedi posait question. Il avait alors rédigé un courriel adressé à tous les chefs et cadres de son journal, moins deux : le rédacteur en chef, Michel Marteau, et son adjoint, Demetrio Scagliola.

Le journaliste savait qu’il «risquait gros»

Le chef d’édition demandait, en interne, à ce qu’un débat soit ouvert au collège de rédaction du 22 janvier. Il comptait y marquer sa désapprobation par rapport à cette première page choc. Il demandait si cette réaction était partagée par les autres cadres de sa rédaction. Il mentionnait dans son courriel qu’il savait qu’en faisant cela «il risquait gros ».

Et en effet pour le rédacteur en chef de Sudpresse, la protestation de son chef d’édition contre ce choix de titre relevait non pas de «la liberté d’expression» mais, ni plus ni moins, d’une «tentative de soulèvement de la rédaction» et entraîne, pour lui, une «rupture de confiance ».

Sudpresse samedi titrait «Justice est faite!» avec la photo des trois terroristes et la mention «abattu ». La mise en scène de l’épilogue tragique du massacre qui avait eu lieu chez «Charlie Hebdo » n’avait pas plu à tout le monde. Ce type de débat sur les réseaux sociaux n’était d’ailleurs pas une première. Mais enfin, ce week-end, dans le contexte à fleur de peau et meurtri sur la liberté d’expression, les réseaux sociaux avaient enregistré des protestations assez rudes.

La blogueuse engagée très à gauche, Anne Lowenthal, avait intitulé sa réaction outrée par un «Sudpresse, le groupe charognard ». Stephane Vanden Eede, écolo et engagé dans plusieurs groupes citoyens, annonçait déposer une plainte devant le conseil d e déontologie des journalistes pour cette «une ». Stéphane Vanden Eede a, par ailleurs, lancé un blog nommé «l’affaire Sud presque » le 28 décembre dernier pour démonter et dénoncer un à un les litiges déontologiques charriés par les journaux régionaux du groupe Rossel.

Contacté, le rédacteur en chef de Sudpresse n'a pas encore réagi. Quant à Xavier Lambert, il devrait être fixé sur son sort ce mercredi matin. Il ne souhaite pas commenter les événements à ce stade. Ce jeune quadra, trois enfants, a toujours travaillé pour le groupe Sudpresse. Il avait été rédacteur en chef adjoint et chef web pendant cinq ans , jusqu’en 2013 avant d’être envoyé à La Louvière pour y diriger l’équipe locale. Il a fait ses études en journalisme à l’UCL.

La direction de Sudpresse réagit

Pour la direction de Sudpresse, le dossier du journaliste était chargé «avant». «Il y avait une accumulation de faits et c’est la goutte qui a fait déborder le vase. Je souligne que nous sommes totalement ouverts aux discussions en comité de rédaction», explique Pierre Leerschool, directeur de Sudpresse. «Par contre, nous n’étions plus satisfaits ni en confiance avec Xavier Lambert depuis longtemps. Nous avons d'autres motifs de nous plaindre de lui. Ceci étant, j’entamerai ce mercredi matin une discussion avec lui et avec le rédacteur en chef pour trouver une solution».

+ MISE A JOUR 14/11 | Xavier Lambert n'est pas viré, mais l'AJP reste abasourdie