Odile Vuillemin en femme battue

L’actrice Odile Vuillemin raconte avoir pleuré tous les jours en faisant ce film, tant la charge émotionnelle était forte.

FIlm coup de poing basé sur une histoire vraie, ce soir, sur la Une. Odile Vuillemin y incarne Alexandra Lange, Française qui a assassiné son mari violent.

La Une diffuse ce soir L’Emprise, le film de Claude-Michel Rome. L’histoire? En 2012, Alexandra Lange, Française dont le procès fut relayé par la presse, a été acquittée après avoir assassiné son mari violent dans le cadre de la légitime défense.

Après douze ans de survie aux côtés d’un monstre, la jeune femme avait tout subi: privation d’indépendance financière et sociale, coups et blessures, humiliations, intimidation, violence verbale, viols orchestrés…

Alors que celui-ci commençait à maltraiter de même leurs quatre enfants, et que ses menaces se sont faites plus convaincantes que d’habitude lors d’une soirée alcoolisée, Alexandra n’avait eu d’autre choix que de faire s’arrêter cet enfer. Elle avait perdu tout contact avec la société à cause de cet individu, l’incapacité de la justice ou encore celle des services sociaux à lui venir en aide à temps. Une leçon à retenir par rapport à certaines femmes, souvent beaucoup plus proches de nous qu’on ne l’imagine.

Afin de sensibiliser le public sur cet immonde fait divers, le réalisateur Claude-Michel Rome avait donc décidé de mettre cette histoire en images. Un long-métrage où Odile Vuillemin incarne l’intéressée.

En tournage en Belgique suite à une collaboration de la RTBF, nous avons rencontré la comédienne, qui joue aux côtés de Fred Testot, très efficace dans le rôle du mari abusif.

«J’ai pleuré tous les jours en faisant ce film, raconte-t-elle. Une fois dans la peau d’une femme rabaissée, humiliée, frappée, il est difficile de rentrer chez soi en riant comme si de rien n’était.»

Vous avez rencontré Alexandra Lange pour préparer votre rôle…

Oui, ça a été une rencontre très émouvante évidemment, et elle m’a beaucoup inspirée. Pour être honnête, je n’avais pas du tout conscience, comme la plupart des gens je crois, que les violences domestiques représentaient un tel fléau social.

Qu’attendez-vous en termes de retombées?

Je pense que c’est un choix courageux de la part de TF1 et de la RTBF de programmer le film en prime, en espérant évidemment que cela touche le plus grand nombre de spectateurs possibles. Malheureusement, l’on ne peut pas comprendre ce que vivent ces femmes sans l’avoir vécu, j’espère donc que le film aidera en ce sens.

Vous incarnez Chloé Saint-Laurent dans la série policière Profilage, une fin annoncée il y a peu?

Oui! J’ai vécu avec Chloé pendant 6 ans, aujourd’hui je dois prendre le large et je veux me consacrer à d’autres projets, comme celui de l’Emprise par exemple. J’adore mon personnage dans la série Profilage, mais j’ai du mal à quitter Chloé une fois hors du plateau! (rires) Voilà pourquoi je dois m’en séparer…

La Une, 20.20