FRANCE -

Il s’enfuit de la prise d’otage de Vincennes et aide la police: il raconte

Lassana Bathily, employé du Hypercacher de Vincennes, témoigne comment il s’est échappé du magasin le jour de la prise d’otages et comment il a aidé la police à intervenir.

Lassana Bathily est un héros. Vendredi, lors de la prise d’otages de l’Hypercacher de Vincennes, à Paris, le jeune homme, employé du magasin, a réussi à s’enfuir après avoir caché des clients dans la réserve et la chambre froide. Il a témoigné sur BFM TV.

«Quand Coulibaly est arrivé, il ne m’a pas trouvé car j’étais dans la réserve, où j’installais des produits destinés au rayon frais», raconte Lassana Bathily. «Cinq, dix minutes après, j’ai entendu des coups de feu dans le magasin. J’ai vu des gens qui descendaient et qui criaient ‘au secours’. Là, j’ai réalisé que quelque chose se passait dans le magasin.»

Mais le jeune homme ne perd pas son sang-froid et décide de faire son possible pour cacher les otages. «On était nombreux en bas, et les gens commençaient à paniquer. Pour qu’ils restent calmes, je les ai cachés dans le congélateur, et j’ai fermé la porte. Cinq minutes plus tard, une collègue est descendue.»

Menotté pendant 1h30

C’est à ce moment que Lassana Bathily décide de s’enfuir. «J’ai proposé à des clients de s’enfuir. Mais ils n’ont pas voulu. Moi, je n’ai voulu les forcer. Ils m’ont dit que monte-charge ferait du bruit et que Coulibaly était peut-être caché en haut, à nous attendre. Ils n’ont pas osé foncer. J’ai donc décidé de partir seul. Il fallait sortir, sinon, les policiers n’auraient pas su qu’il y avait du monde en bas.»

Le jeune quitte alors l’hypermarché, les mains en l’air. La police, qui ignore son identité, ne prend aucun risque et le menotte. «Je ne savais pas que le preneur d’otages était un noir. Les policiers ne m’ont pas cru quand je suis sorti. Ils m’ont menotté pendant 1h30. Quand un collègue m’a vu, il leur a dit qui j’étais. Là, ils m’ont cru.»

La collaboration entre Lassana Bathily et la police se met alors en place. «Mon but était d’aider la police. Je connais le magasin, ça fait presque 4 ans que j’y travaille. Ils m’ont demandé de les aider pour dessiner les plans et savoir où se trouvent les rayons, les caisses, les bureaux,...»

«Tous dans le même bateau»

Un geste qui a permis aux forces de l’ordre d’intervenir efficacement lors de l’assaut. L’aide de Lassana Bathily... un musulman pratiquant, leur a donc été d’une grande utilité.

«Je suis musulman pratiquant. Je fais mes prières dans la réserve du magasin. On est des frères. Juifs, chrétiens, musulmans: on est tous dans le même bateau. Il faut qu’on s’aide pour sortir de cette crise.»