LIÈGE -

Une première à Liège: un institut qui étudie les «villes intelligentes»

Une première à Liège: un institut qui étudie les «villes intelligentes»

-

HEC-ULg, Belfius, Accenture et la ville de Liège s’associent pour fonder le Smart City Institute, dédié à l’analyse scientifique des villes intelligentes.

Lancée officiellement jeudi, cette structure est la première du genre axée autour de la problématique de la gestion. Quatre personnes y travaillent.

Utiliser les nouvelles technologies pour rendre les villes plus durables sur les plans de l’environnement, du développement économique, de la gouvernance et du bien-être des citoyens: tel est le défi auquel sont confrontées les villes actuellement. Si ce concept de «smart city» fait de plus en plus parler de lui, peu d’études scientifiques sont menées sur ce thème.

C’est pour combler ce manque que le Smart City Institute vient d’être créé à Liège, à l’initiative de l’école de gestion de l’université de Liège HEC-ULg, la banque Belfius, l’entreprise de consultance Accenture et la ville de Liège.

Cette structure, au sein de laquelle travaillent pour l’instant 4 personnes, se développera autour de trois axes: la recherche appliquée et fondamentale, la formation des étudiants et l’incubation de projets entrepreneuriaux que les jeunes auraient imaginés durant leur cursus.

Avec une spécificité: l’étude des villes intelligentes sous l’angle de la gestion, ce qui rend l’institut unique au monde, selon ses fondateurs. «Nous voulons amener une réflexion en matière de gestion: quels sont les business model à exploiter? Comment financer ce genre de projets? Etc.», explique Nathalie Crutzen, directrice du Smart City Institute et chargée de cours à HEC-ULg.

«Il existe des milliers de plateformes dans le monde qui s’intéressent aux villes intelligentes et nous avons répertorié une vingtaine de centres académiques. Mais tous dépendent de facultés techniques, d’urbanisme, d’architecture, etc. Aucun n’est adossé à une faculté de gestion comme nous», poursuit-elle.

Les premières recherches porteront sur la problématique du financement. Un baromètre annuel des smart cities, relevant les bonnes pratiques existantes, devrait aussi être instauré.

www.smartcityinstitute.be