FUSILLADE À CHARLIE HEBDO -

#JeSuisCharlie détourné, 3 Suisses s’explique: «C’est une maladresse»

#JeSuisCharlie détourné, 3 Suisses s’explique: «C’est une maladresse»

L’image de 3 Suisses n’a pas plu aux internautes.

Les internautes se sont déchaînés sur 3 Suisses après qu’elle ait publié une photo détournée du symbole «Je suis Charlie ». La marque se défend de toute mauvaise intention.

Les critiques pleuvent depuis jeudi matin, moment auquel la chaîne de vêtements 3 Suisses a posté une image sur sa page Facebook.

L’image est une photo détournée du symbole «Je suis Charlie » intégrant le logo de l’entreprise 3 Suisses. Le message a été très mal perçu par les internautes qui y ont vu une maladroite tactique de récupération publicitaire.

 


Stratégie désastreuse, honteuse, indécente, choquante, gaffe marketing, bad buzz, fail de la décennie, opportunisme,… les qualificatifs des internautes ont fusé pour critiquer la publication de l’enseigne de vente par correspondance.

«L’intention n’était pas de choquer, surtout pas »

Du côté de 3 Suisses, on se défend de toute mauvaise intention ou de récupération commerciale de l’émotion suscitée par la fusillade mortelle à Charlie Hebdo.

«Ce qu’on a voulu faire, c’est associer l’ensemble des collaborateurs de la marque à la peine suscitée par l’attaque, tout simplement, nous a expliqué une porte-parole de 3 Suisses. Ce n’est en rien un coup publicitaire. C’est une maladresse. Nous n’avons pas voulu choquer qui que ce soit avec une soit disant exploitation commerciale de l’actualité. »

«La signature de l’entreprise »

La porte-parole de 3 Suisses nous explique que cette formule «Je 3 Suisses » suivie d’un prénom est une pratique récurrente dans leur communication.

«C’est la signature de l’entreprise. C’est ainsi que l’on signe nos e-mails par exemple, explique-t-elle. Des ‘Je 3 Suisses Véronique’ ou ‘Je 3 Suisses Charlotte’, on en lit tous les jours. Le ‘ Je 3 Suisses Charlie’ nous paraissait donc normal. Nous le lisons d’ailleurs ‘Je Suis Charlie’. Le message n’a pas été lu par les internautes comme on le lit en interne. »

Pourquoi ne pas avoir donner cette explication sur internet? «Parce que c'est compliqué à expliquer», nous répond la porte-parole.

Si la marque n’avait pas imaginé l’impact que pouvait avoir sa publication, elle déclare tout de même comprendre l’émotion suscitée par son image.

«On a compris, évidemment, avance la porte-parole. Mais l’intention n’était pas de choquer, surtout pas. On s’excuse auprès des internautes qu’on a pu choquer. On comprend l’émotion. Mais on demande à tout le monde de croire la sincérité de notre démarche. »

Des excuses sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, la marque a présenté une première fois ses excuses jeudi matin, avant de publier le visuel communément partagé «Je suis Charlie ».